Faire sa B.A. en étant payé, c'est possible

Antoine Gazeau

— 

Le service civique a été lancé par Martin Hirsch (à droite).
Le service civique a été lancé par Martin Hirsch (à droite). — TSCHAEN / SIPA

Imaginé par Martin Hirsch quand il était haut commissaire aux Solidarités actives, le service civique débarque dans les Pays de la Loire. Réservé au 16-25 ans, il leur permet de s'engager dans une mission d'intérêt général auprès d'une structure agréée : 19 le sont pour le moment — 28 dossiers sont étudiés — soit un potentiel de 30 jeunes. Le but, en 2010, est d'en recruter 538...

Un tremplin pour un emploi
Un objectif ambitieux qu'applaudissent déjà les mouvements associatifs. « Le statut de volontaire mérite d'être connu et reconnu », s'enthousiasme Stéphanie Total, à UnisCité. L'engagé gagnera entre 540 et 640 € par mois, plus des points retraite. « Nous contrôlerons les dérives face à une situation d'emploi », promet d'emblée François Laco, n°2 de la direction régionale jeunesse, sports et cohésion sociale. Pas question non plus de remplacer les bénévoles et stagiaires. « Ce service n'a d'ailleurs pas vocation à apporter une formation qualifiante. Il va falloir inventer un programme de formation citoyenne. » Chloé, 24 ans, sourit. Avant même que le statut n'existe, elle a été volontaire six mois chez Orea, qui promeut l'échange entre handicapés et valides : « Ce n'était pas le but, mais j'ai trouvé un emploi par ce biais. » Ainsi, même la citoyenneté peut être primée.