Aux Sorinières, les poubelles s'économisent

Guillaume Frouin

— 

Aux Sorinières, les ordures ménagères ne sont ramassées qu'une fois par semaine.
Aux Sorinières, les ordures ménagères ne sont ramassées qu'une fois par semaine. — F. Elsner / 20 Minutes

A partir d'aujourd'hui, les ordures ménagères ne seront plus collectées qu'une seule fois par semaine, et non plus deux, dans douze communes de l'agglomération. En faisant circuler moins souvent les bennes à ordures de ses prestataires, Nantes métropole espère ainsi économiser 600 000 € par an. Et ne plus rejeter dans l'air l'équivalent de 600 tonnes de CO2.

« Un passage par semaine,

c'est largement suffisant »
Testée depuis 2006 aux Sorinières, la mesure semble faire l'unanimité dans la commune du sud-Loire. « Un passage par semaine, c'est largement suffisant », juge Alain, 54 ans, qui habite avec sa femme Agnès depuis une douzaine d'années au « Clos du Parc », une résidence près de la mairie. « Avant, on ne sortait pas plus souvent la poubelle car elle n'était jamais pleine. » La famille pratique en effet le tri sélectif ; or les déchets recyclables (bouteilles plastiques, papiers...) disposent toujours de leur propre collecte hebdomadaire.
Même son de cloche chez Germaine, 64  ans, qui s'accommode très bien avec son mari de l'unique passage des éboueurs. Elle a même trouvé une astuce quand elle doit stocker des ordures malodorantes. « Quand on mange des crevettes le dimanche, on met les têtes au congélateur jusqu'au ramassage des poubelles, le mercredi, pour ne pas attirer les insectes », explique cette retraitée. Le seul inconvénient du dispositif, à en croire Jean, se ferait ressentir « quand les éboueurs nous oublient ». « Dans ce cas-là, c'est la catastrophe », sourit ce randonneur de 66 ans, qui habite les Sorinières depuis 1975.
« Certains trouvent que deux passages par semaine, c'est à peine assez pour les assistantes maternelles, qui doivent stocker des couches-culottes », ajoute Mireille, son épouse. Pour les nounous, restaurateurs et grands immeubles, des arrangements peuvent toutefois être trouvés, explique Nantes métropole, qui a prévu d'étendre la mesure à six autres communes de l'agglomération à partir de janvier prochain.

Plan déchets

Un « bilan carbone » de la collecte de déchets sera réalisé en début d'année prochaine au niveau de l'agglomération. Le Plan déchets de Nantes métropole prévoit aussi d'élargir Tri'Sac à d'autres communes autour de Nantes, comme certains secteurs de Rezé, Saint-Sébastien, Orvault et Saint-Herblain. La communauté urbaine subventionne aussi à hauteur de 20 € l'achat de composteurs individuels, pour développer le compostage des déchets verts.