Coup de chaud sur les transports urbains

Frédéric Brenon

— 

C'est désormais une habitude. Les tarifs des bus, tramway et busway de l'agglomération nantaise augmentent à partir d'aujourd'hui. Cette nouvelle hausse est relativement modérée (+2,6 %), mais elle intervient après la croissance spectaculaire de l'an passé (12 % de moyenne) que certains usagers ont toujours en travers de la gorge. Elle concerne tous les titres, à l'exception du ticket unitaire et de la navette aéroport. Le ticket 24 heures passe ainsi de 4 € à 4,20 €, le carnet de dix de 12 € à 12,30 €, le billet mensuel de 48 € à 49,90 €, le pass annuel de 465 € à 480 €...

Des augmentations jusqu'en 2016
Cette hausse tarifaire, qui devrait rapporter 1,3 millions d'euros supplémentaires à la Tan, doit servir à faire face à « l'inflation des coûts d'exploitation » (carburant, entretien, personnel) et aux « investissements nécessaires à la qualité du service ». Certes, il n'y aura pas d'agrandissement du réseau tram à la rentrée, mais les fréquences de passage de la ligne 1 et, surtout, de la ligne 4 seront renforcées. La hausse doit également aider à financer les Chronobus (54 millions d'euros), ces bus à haut niveau de performance dont le lancement des quatre premières lignes sur dix est prévu pour septembre 2012. Enfin, l'augmentation est aussi présentée comme un effort de solidarité permettant de maintenir la gratuité pour les usagers en difficulté sociale (chômeurs, Rmistes, etc.). Ils étaient ainsi 28 000 bénéficiaires l'an passé et leur nombre ne cesse de grimper. D'autres hausses tarifaires sont d'ores et déjà programmées d'ici 2016. En contrepartie, la Tan devra faire progresser la fréquentation globale de 20 %. Cap à atteindre : 134 millions de voyages par an.

STationnement et cars lila aussi

Les tarifs des parcs à enclos et parkings en ouvrage (aériens ou souterrains) de l'agglo nantaise augmentent eux aussi à partir de ce jeudi. Une hausse comprise entre 2 % et 100 %, selon la durée horaire. L'objectif est d'inciter à un stationnement de courte durée et à utiliser davantage les transports collectifs. Une logique et une augmentation qui devraient aussi bientôt s'appliquer aux places de stationnement en voirie, selon l'opposition à la mairie de Nantes. De son côté, Lila, le réseau départemental de cars, verra aussi ses prix croître de 5% à 9% en moyenne à partir du 1er septembre. Tous les abonnements seront concernés mais pas le célèbre billet unité à 2 €. Lila a effectué l'an passé plus de trois millions de voyages.