Pornic, base arrière des Nantais

Guillaume Frouin

— 

Les abords du port de Pornic, que ce soit la plage de la Noë Veillard ou le parvis de la Fraiseraie, ont fait le plein de Nantais hier.
Les abords du port de Pornic, que ce soit la plage de la Noë Veillard ou le parvis de la Fraiseraie, ont fait le plein de Nantais hier. — J.-S. Evrard / 20 Minutes

Quand le thermomètre monte à Nantes, ses habitants descendent à Pornic. L'adage s'est encore vérifié hier, alors que le mercure affichait 31°C : les plages de la base arrière des Nantais affichaient complet. Même topo pour le petit parvis de « La Fraiseraie », marchand de glaces incontournable de la station balnéaire. Pierre (6 ans) et Pauline (12 ans) y dégustent ainsi chacun leur cône à la fraise et au caramel, avant de reprendre la route pour Sainte-Luce-sur-Loire. « Nous nous sommes décidés à venir hier, et nous sommes arrivés ce midi », raconte Sophie, leur mère. « On vient ici dès qu'on peut, même l'hiver... Par contre, à partir du week-end prochain, on y réfléchira à deux fois : ça va être infect pour se garer. »

« Le mois de juin a été mou »
Sur la plage de la Noë Veillard, les parasols et les serviettes de bain se sont en effet démultipliés, entre châteaux de sable et canots gonflables. Mais ces premiers estivants ne font pas pour autant des clients, au grand dam de Marie-Claire, 53 ans, employée d'un magasin d'accessoires de plage sur le port. « Les gens dépensent moins qu'avant, ils regardent plus les étiquettes », observe la commerçante, en écoulant un lot de cartes postales à un couple d'Italiens. « Le mois de juin a été mou, et j'ai bien peur que tout l'été soit pareil. »

Pollution

Après avoir été « médiocre » hier, la qualité de l'air à Nantes devient « moyenne » aujourd'hui, selon Air Pays de la Loire, qui a détecté une pollution à l'ozone. Des orages sont de nouveau attendus aujourd'hui sur la ville.