uN CONTRE-sommet pour les droits de l'homme

— 

A ce jour, 4000 personnes sont inscrites, en provenance de 105 pays. Le 4e Forum mondial des Droits de l'Homme s'ouvre ce matin à la Cité des congrès. Cet événement gratuit et ouvert à tous, qui se tient à Nantes tous les deux ans depuis 2004, se veut « l'un des rares moments dans l'agenda international où militants, représentants d'ONG ou élus se retrouvent sur un pied d'égalité pour évoquer les droits humains », insiste Franck Barrau, en charge du « secrétariat international permanent aux droits de l'Homme », basé à Nantes. « Dans les instances onusiennes, à New York ou Genève, seuls les Etats ont droit à la parole. Les ONG n'y ont qu'un rôle d'observateur... Ici, tout le monde se parle. »

Des invités prestigieux
Cette année, le Forum mondial va ainsi chercher à analyser « l'impact de la crise sur la situation des droits de l'Homme » dans le monde. Pour cela, des invités prestigieux vont se succéder lors des tables rondes et séances plénières. L'avocate iranienne Shirin Ebadi, prix Nobel de la Paix 2003, est ainsi attendue dès ce matin, aux côtés de la journaliste Florence Aubenas, présidente de l'Observatoire international des prisons (OIP). Rajagopal PV, instigateur des marches géantes d'« intouchables » et de paysans sans terre indiens, sera aussi de la partie dès aujourd'hui. Enfin, l'ancien garde des Sceaux Robert Badinter livrera lui jeudi son plaidoyer « contre la pénalisation de l'homosexualité », toujours d'actualité dans certains pays, lors de la cérémonie de clôture du Forum.