Changer son regard sur les mouches

David Phelippeau

— 

L'expo se veut ludique et instructive.
L'expo se veut ludique et instructive. — B. BECHARD / 20 MINUTES

Une invitation à se réconcilier avec les mouches. A première vue, l'objet de l'expo, qui débute aujourd'hui au Muséum d'histoire naturelle et qui se terminera le 27 mars, paraît ne pas voler haut… Pourtant, à y regarder d'un peu plus près, le concept est inattendu. « De la répulsion, on passe vite à de la fascination, explique Jean-Paul Haenni, le créateur de cette exposition, qui a cartonné à Paris. Et nos regards changent souvent sur les mouches. »

Faut-il gracier les mouches ?
C'est d'ailleurs l'objectif de cette balade au pays des diptères (insectes avec deux ailes). « On veut amener le visiteur à se dire qu'on peut se montrer indulgent avec un insecte qui nous inspire du dégoût, résume Christine Le Gouriellec, qui pilote cette exposition nantaise. On essaie d'attirer l'attention sur le côté positif des mouches. » Le début de la visite est donc volontairement « à charge ». Les mouches sont à la fois « mangeuses de chair » et « buveuses de sang » et ne sont destinées qu'à prendre des coups de tapette ! Subitement, ces insectes suscitent davantage de la curiosité que du dégoût. On découvre leur histoire, leur typologie et même leur utilité… C'est alors qu'intervient l'heure du jugement final. Le visiteur devient membre du jury. Condamnerez-vous les mouches à la peine capitale ?