Battage autour du rhume des foins

Guillaume Frouin

— 

L'allergie aux graminées peut entraîner migraines et éternuements en salve.
L'allergie aux graminées peut entraîner migraines et éternuements en salve. — J.-S. Evrard / 20 Minutes

L'alerte a été fixée au niveau 4, sur une échelle qui en compte cinq. La pollinisation des « graminées » (herbes, fleurs…), auxquelles 25 % de la population française serait allergique, atteint actuellement des sommets à Nantes. « Cette année, elle est intervenue plus tard que d'habitude », observe le Dr Yann Dubreil, allergologue près de la place du Commerce. « En 2007, elle avait débuté début mars, compte tenu du temps exceptionnellement beau. »

Un « pollinier-sentinelle » à Nantes
Une observation que ce médecin a pu faire grâce au « pollinier-sentinelle », un jardin expérimental implanté depuis 2003 au Jardin des Plantes, où est surveillée la floraison de vingt et une espèces parmi les plus allergisantes (cyprès, graminées…). Un capteur, installé sur le toit d'un immeuble près de la Cité des congrès, mesure également en temps réel les « pics » de pollinisation que connaît Nantes.
Reste que, si le moment de la pollinisation change chaque année, les symptômes rencontrés par les personnes allergiques évoluent également. « Avant, les gens se mouchaient simplement contre leur rhume des foins », remarque Dr Dominique Chevallier, allergologue dans le quartier Zola. « Mais, aujourd'hui, la pollution fait éclater les grains de pollen, qui ne sont plus filtrés par le nez et vont directement dans les bronches. Cela peut entraîner des cas d'asthme assez graves. »

« J'avais les yeux explosés »
Depuis deux ans et demi, Nadège, 26 ans, a ainsi choisi de se faire désensibiliser, au rythme d'une piqûre tous les quinze jours chez son médecin. « Avant, j'avais les yeux explosés, la gorge qui me grattait et des maux de tête », se souvient la jeune femme qui travaille dans une parfumerie du centre-ville. « Là, je sors d'une balade de deux heures dans un parc, et je n'ai pas éternué une seule fois. » Surtout, Nadège apprécie à nouveau de se faire offrir des bouquets de fleurs.

étude

Quand les malades sont informés et traités bien en amont, leurs symptômes diminuent. C'est la conclusion d'une étude menée en 2007 auprès de 81 Nantais allergiques aux graminées, dont les résultats vont être publiés dans une revue médicale.