20 Minutes : Actualités et infos en direct
SOUTIENManifestation à Nantes contre la dissolution des Soulèvements de la terre

Nantes : Plus d’un millier de manifestants contre la dissolution des Soulèvements de la terre

SOUTIENLe gouvernement a annoncé mercredi la dissolution des Soulèvements de la terre
Une manifestation à Nantes contre la dissolution des Soulèvements de la terre, le 21 juin 2023.
Une manifestation à Nantes contre la dissolution des Soulèvements de la terre, le 21 juin 2023. - LOIC VENANCE / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

«On ne dissout pas un soulèvement » : à Nantes, des manifestants ont voulu mercredi soir envoyé un message à Gérald Darmanin. Environ un millier de personnes, selon les organisateurs, 1.200 selon la préfecture, se sont rassemblées devant la préfecture en soutien aux Soulèvements de la Terre, dont la dissolution a été annoncée le même jour en Conseil des ministres.

Plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) ont participé au rassemblement. A Nantes, de nombreux militants, marqués par la longue lutte contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes finalement abandonné, se disent particulièrement sensibles à cette dissolution dans le contexte de la crise climatique en cours.

De nouveaux rassemblements le 28 juin

« Quel que soit le nom de ce collectif, nous sommes la mauvaise herbe qui va continuer de pousser pour le bien commun », avertit Mathilde Peyrache, 39 ans, secrétaire du syndicat Sud Solidaires 44 en Loire-Atlantique, qui « assume pleinement sa mobilisation » à leurs côtés. « Les Soulèvements de la Terre, c’est la seule chance pour notre génération de s’en sortir », estime pour sa part Esther Le Cordier, 19 ans, étudiante en anthropologie et membre du mouvement. « On ne pourra pas arrêter notre colère car on ne peut pas dire aux jeunes que cela va bien se passer. C’est scientifiquement faux », ajoute-t-elle.

Les membres du comité de soutien nantais annoncent de nouveaux rassemblements en France le 28 juin prochain et appellent à agir de « mille manières » dans la période à venir.

Plusieurs dizaines de rassemblements étaient également programmés mercredi soir dans toute la France en soutien au collectif, accusé de violences par le gouvernement. A Lille, environ 200 personnes se sont ainsi rassemblées devant la préfecture. A Toulouse, entre 200 et 300 personnes se sont rassemblées. Parmi eux, plusieurs membres du collectif « La voie est libre », opposé à la construction de l’autoroute devant relier Castres à la Ville rose, selon lequel, au lieu « d’agir face au dérèglement climatique, (…) l’Etat préfère casser le thermomètre ».

Sujets liés