Nantes : Un arrêté autorise le père Noël à transgresser le couvre-feu aéroportuaire

INSOLITE Le maire de Saint-Aignan-Grandlieu, commune riveraine de l’aéroport Nantes-Atlantique, vient de publier un arrêté municipal spécifique à la nuit du 24 au 25 décembre

F.B.
— 
Un père Noël sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (illustration).
Un père Noël sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (illustration). — I.Simon/Sipa

Depuis le 8 avril, les avions ne sont plus autorisés à atterrir ou décoller de l’aéroport de Nantes entre minuit et 6 heures du matin. Un couvre-feu décidé par l’Etat pour limiter les nuisances sonores aériennes subies par les nombreux riverains. Le sujet est sensible, en particulier à Saint-Aignan-Grandlieu, l’une des deux communes (avec Bouguenais) accueillant la piste aéroportuaire. Pour autant, le maire aignanais et vice-président de Nantes métropole a, pour une fois, décidé d’en rire.



Jean-Claude Lemasson vient ainsi de publier un véritable arrêté municipal autorisant à « survoler l’espace aérien de la commune », malgré le couvre-feu, la nuit du 24 au 25 décembre. Mais tout le monde ne peut pas bénéficier de cette autorisation « exceptionnelle ». « Sont inclus dans cette autorisation, Monsieur le père Noël, ses rennes Tornade, Danseuse, Furie, Fringant, Comète, Cupidon, Tonnerre, Eclair et Rudolph », stipule l’article 2 de l’arrêté.

L’article 3 ajoute : « Nous rappelons cependant au père Noël son devoir de discrétion auprès des habitants et comptons sur son professionnalisme pour livrer les maisons aignanaises en temps et en heure. » Pour les esprits un peu trop terre à terre, l’arrêté municipal précise bien qu’il « est de droit de pouvoir rire et s’amuser avec respect ».