Airbus empêtré dans la grève

— 

Ils réclament des « augmentations de salaires, des embauches supplémentaires et une amélioration des conditions de travail ». Une bonne partie des salariés des sites Airbus de Nantes et Saint-Nazaire étaient en grève hier et le seront de nouveau aujourd'hui. A Nantes-­Bouguenais (2 000 salariés), les secteurs stratégiques peinture et outils coupants ont cessé la production toute la journée. Les autres équipes ont, elles, débrayé deux heures. Avec une participation d'environ 50 %, de source syndicale. « Ce débrayage n'était pas prévu mais les salariés ont souhaité se montrer beaucoup plus actifs, explique la CFDT. Le dialogue avec la direction est nul, si l'on excepte des intimidations faites aux grévistes par courriers électroniques. Le mouvement durera jusqu'à au moins jeudi, mais peut aller bien au-delà. » La direction n'a « pas souhaité faire de commentaires ». A Saint-Nazaire (1 660 salariés), des débrayages de deux heures ont été suivis par 80 % des ouvriers, selon la CGT.F. B.