Le festival juste pour rire rend son tablier

David Prochasson

— 

Le festival était arrivé à Nantes en 2006.
Le festival était arrivé à Nantes en 2006. — J.-S. Evrard / 20 Minutes

Nantes a été la première et restera probablement la dernière escale du festival Juste pour rire dans l'Hexagone. Bruno Baron, son directeur, l'a confirmé : « Il n'y aura pas de festivals en France en 2010. » Inspirée du rendez-vous de Montréal, la manifestation attirait à chaque printemps, depuis 2006, les plus grands humoristes dans la cité des Ducs. En novembre dernier, devant l'ampleur du déficit (300 000 € pour la seule année 2009), Juste pour rire et la mairie de Nantes avait cessé leur collaboration. Le festival s'était alors rapproché de la ville de Lyon, laquelle, à son tour, avait décliné la proposition face aux exigences financières de Juste pour rire.

Le modèle budgétaire en cause
Malgré ces déconvenues, les organisateurs avaient annoncé avoir trouvé « une autre solution ». Jusqu'à ce que Gérard Louvin, arrivé en décembre au sein de la société, décide d'annuler l'édition 2010. Le célèbre producteur de spectacles, qui devrait prendre la direction de la section télé à la rentrée, demeure peu convaincu par le modèle budgétaire de l'événement. Bien que le projet demeure à l'étude, l'aventure française semble aujourd'hui toucher à sa fin. Juste pour rire poursuit son activité de production de spectacles. Et outre Montréal, le festival demeure présent à Toronto et Chicago.