Discorde autour d'une prime au CHU

— 

Près de 150 personnes, salariées du CHU de Nantes pour la plupart, ont manifesté hier après-midi aux portes de la direction de l'hôpital pour dénoncer le remboursement imposé d'une prime de service versée en janvier 2009. Mille salariés contractuels avaient bénéficié d'une somme comprise entre 800 € et 1 100 € selon les cas. Contesté à l'époque par la direction, le versement de cette prime était suspendu à une décision de justice. « Le Conseil d'Etat a finalement décidé en novembre dernier que cette prime n'était pas obligatoire. Nous souhaitons donc son remboursement. Les salariés étaient prévenus de la situation. Nous leur proposons d'étaler le remboursement sur 18 mois pour faciliter les choses », explique la direction. « Ce point de vue est indéfendable, critique la CGT. Personne n'oblige la directrice à récupérer cet argent sur le dos des petits salaires. Nous aiderons les agents qui souhaitent formuler un recours gracieux. » Le total des primes en jeu s'élève à 1,2 millions d'euros. WF. B.