« Si ça ne bouge pas, nous irons à Paris »

Recueilli par Frédéric Brenon

— 

J.-S. EVRARD / 20 MINUTES


Non, on a vraiment compris deux jours après, quand l'eau s'est retirée. Il y avait des tonnes de sable partout. On a retrouvé des centaines de poissons morts, des cadavres de lapins, des planches, des déchets. Un spectacle de désolation.

Pas à ce point-là. Mais le risque était connu, la zone est classée inondable, les notaires doivent avertir les nouveaux habitants qui achètent ici. L'urbanisation du secteur est très ancienne, on ne peut plus y faire grand chose.
.
Ça n'avance pas, c'est invraisemblable ! On a constitué en deux jours un énorme dossier pour la préfecture et il n'a été transmis à Paris qu'une semaine plus tard. Quand on est dans l'urgence, les procédures, on s'assoit dessus. Si ça ne bouge pas, nous irons, avec le maire de la Baule, interpeller directement les ministres la semaine prochaine !

inondation

Les Moutiers-en-Retz ont subiune violente montée des eaux, accentuée par la rupturede la digue de Bouin. Le portdu Collet a été dévasté. Le front de mer et les accès au bourgont aussi été très endommagés.