le monde judiciaire se mobilise

G. F.

— 

Environ 150 juges, avocats ou personnels pénitentiaires ont distribué des tracts hier après-midi au Palais de justice, pour s'inquiéter des réformes qui mettent la justice française « en danger » (réduction d'effectifs, suppression du juge d'instruction et des petits tribunaux…). Une mobilisation unitaire « inédite » dans le monde judiciaire. « On arrive à un point de rupture », confie Pierre-François Martinot (Syndicat de la Magistrature). « Jusque-là, on appliquait les réformes, qu'on soit d'accord ou pas. Mais là, on travaille dans des conditions inacceptables pour les justiciables : pour les dossiers de surendettement, les délais d'audience sont de deux ans. »