Les éléments se déchaînent sur le littoral

Guillaume Frouin Photos : Jean-Sébastien évrard

— 

Photos J.-S. Evrard / 20 Minutes

En Loire-Atlantique, de nombreuses habitations du secteur du Croisic ont été inondées à la suite du passage de la tempête Xynthia, conjuguée à d'exceptionnels coefficients de marée. Aux Moutiers-en-Retz, où un couple d'octogénaires a trouvé la mort, la route du port du Collet a été littéralement défoncée. La côte atlantique panse ses plaies après le passage dévastateur de la tempête Xynthia. Les vents violents, atteignant jusqu'à 140 km/h, conjugués à des coefficients de marée exceptionnellement élevés, ont provoqué la mort d'au moins une trentaine de personnes, dans la nuit de samedi à dimanche, dans le seul département de la Vendée. L'Aiguillon-sur-Mer et La Faute-sur-Mer, deux communes littorales du sud du département, ont été particulièrement touchées. La plupart des victimes ont été noyées, surprises en pleine nuit par la violence du phénomène. « La montée des eaux, qui a varié entre 50 cm et 1,50 m, a été très rapide », confirme Frédéric Rose, directeur de cabinet du préfet de Vendée.
Reste que le lourd tribut humain de ces intempéries demeure encore provisoire. Hier après-midi, gendarmes, policiers et secours s'activaient en effet à faire du porte-à-porte dans les habitations des zones inondées, où leurs occupants étaient parfois retrouvés noyés à l'intérieur des maisons.

« Un bateau retrouvé sur la route »
La journée d'hier a ainsi offert d'innombrables scènes de désolation aux habitants de L'Aiguillon-sur-Mer, où la digue qui les protégeait a cédé en plusieurs endroits. « La commune a été transformée en étang », se désole Pauline, 26 ans, qui habite avec son compagnon Rodrigue et leur fille Zoé (5 mois) en bordure de l'océan. « Il y a même un bateau qui s'est retrouvé sur le bas-côté de la route, juste en face de chez nous. » Plusieurs dizaines de personnes, réfugiées sur le toit de leur maison, ont même dû être secourues par hélicoptère.
En Loire-Atlantique, les intempéries ont aussi fait deux morts. Un couple d'octogénaires du Maine-et-Loire a été retrouvé noyé aux Moutiers-en-Retz, après avoir voulu s'extraire de son camping-car, encerclé par les eaux. Les deux victimes, âgées de 80 et 77 ans, ont été emportées par la marée descendante alors qu'ils regagnaient à pied le bourg de Bourgneuf-en-Retz.

Nombreux dégâts vers Le Croisic
« Pratiquement 500 mètres de route ont été emportés après la rupture de la digue de Bouin », témoigne Bertrand Alliot, adjoint au maire de la commune, mobilisé hier toute la journée sur le terrain. « On interdit l'accès aux zones sinistrées : il y a un risque d'effondrement des chaussées restantes, qui sont bâties sur du sable et sont fragilisées. Il y a aussi beaucoup de voyeurisme, et des maisons évacuées pourraient vite être cambriolées. » Les dégâts sont également nombreux au nord de la Loire, dans les secteurs du Croisic ou de la Turballe. Les pompiers sont ainsi intervenus à plus de 400 reprises pour secourir des personnes ou pomper des maisons inondées, rapporte Christophe Saint-Sulpice, directeur de la prévention des risques à la préfecture. Quelque 12 000 foyers ont également été privés d'électricité. La situation devait être rétablie hier soir.
La catastrophe a aussi des répercussions sur le plan politique. Une « réunion de crise » doit se tenir aujourd'hui au conseil régional des Pays de la Loire, après un déplacement du président sortant, Jacques Auxiette (PS), dans la baie de l'Aiguillon. Christophe Béchu (UMP), en déplacement hier en Vendée en vue des élections régionales, a, lui, « interrompu sa campagne par solidarité avec les sinistrés ».