Franck Louvrier (UMP), le régional de l'étape

REGIONALES Ce Nantais de 41 ans est un proche du président de la République...

Guillaume Frouin

— 

Franck Louvrier
Franck Louvrier — SIPA

Influent conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, avec qui il travaille depuis treize ans, Franck Louvrier va se présenter aux prochaines élections régionales en Pays de la Loire. Ce Nantais d'origine, âgé de 41 ans, figure en septième place (et donc éligible) en Loire-Atlantique sur la liste de Christophe Béchu (UMP), qui a été dévoilée hier au Hangar à bananes.

«C'est une expérience très intéressante, et une autre étape de ma vie qui s'ouvre», expliquait mardi l'intéressé, qui a été lycéen à l'Externat des Enfants-Nantais puis étudiant en droit et sciences politiques à l'université de Nantes. «Elle va me permettre de rencontrer tous ceux que j'aime, à savoir les Ligériens et les Nantais.»

«La distance n'est pas un obstacle

Une «étape», donc, qui pourrait n'être que la première dans la vie politique locale. On prête en effet à Franck Louvrier l'ambition d'être candidat à la succession de Jean-Marc Ayrault pour les élections municipales de 2014 à Nantes. «On verra après... En politique, il faut monter marche après marche, et ne pas trébucher», botte-t-il en touche.

En attendant, s'il est élu en mars à l'hôtel de région, ce père d'une petite fille de 5 ans et demi ne quittera pas pour autant ses fonctions à l'Elysée. «Il est important de pouvoir concilier une fonction élective et une autre auprès du président de la République, pour lui faire remonter les préoccupations des Français», estime Franck Louvrier. «La distance n'est pas un obstacle, il n'y a que deux heures de TGV. Je serai aussi présent que ne l'est le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale [Jean-Marc Ayrault].»

Rentré au RPR en 1988, Franck Louvrier a débuté sa carrière comme assistant parlementaire d'Elisabeth Hubert. L'éphémère ministre de la Santé (mai-novembre 1995) avait échoué aux municipales à Nantes en 1995. C'était (déjà) face à Jean-Marc Ayrault.