Le Muséum d'histoire naturelle fête ses 200 ans

— 

La Vitrine mécanique, une nouveauté 2010.
La Vitrine mécanique, une nouveauté 2010. — B. BECHARD / 20 MINUTES

Il est installé dans son bâtiment de la place de la Monnaie depuis 1875. Le Muséum d'histoire naturelle de Nantes est pourtant encore plus âgé que ça : il célèbre cette année ses 200 ans. Situé à l'époque rue Léon-Blum (près de l'actuel cours des Cinquante-Otages), le petit « cabinet de curiosités » devint en effet Muséum en 1810, à l'initiative du minéralogiste François-René Dubuisson. L'établissement nantais acquit ensuite une grande renommée scientifique, grâce entre autres au célèbre égyptologue Frédéric Cailliaud et à l'ornithologue Louis Bureau. Aujourd'hui, le Muséum tient une « place particulière dans le paysage nantais ». « Il est populaire, familial. Le public y est très attaché », estime Pierre Watelet, son conservateur. Quelque 5 000 pièces ou spécimens sont présentés au public, mais le musée en compte près de cent fois plus dans ses réserves. Parmi les plus célèbres : le squelette d'un rorqual, un roi des rats (neuf rats entremêlés par la queue), un grand pingouin, un coelacanthe, un cristal géant de quartz ou une grosse météorite. Le vivarium, spécialisé dans les serpents venimeux, est également très apprécié.

Le bicentenaire donnera matière à un certain nombre d'animations tout au long de l'année. Une vitrine mécanique, réalisée par François Delarozière, représentera en cinq étapes l'histoire du lieu, en mettant en exergue des objets emblématiques. Une visite commentée en redingote sera proposée jusqu'en avril. Le public sera aussi convié à des rencontres d'auteurs, un jeu concours de vacances scolaires, un bivouac pour enfants ou un spectacle dans les allées. Sans oublier la grande exposition « Mouches » à partir de juin. W

F. B.