Decré, un nom et un souvenir qui traversent les époques

Frédéric Brenon

— 

Lancé en 1867 par Jules-César Decré, le bazar de la rue de la Marne devint vite un grand magasin renommé dans toute la France.
Lancé en 1867 par Jules-César Decré, le bazar de la rue de la Marne devint vite un grand magasin renommé dans toute la France. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

La devinette est bien connue des commerçants du centre-ville. A quoi reconnaît-on un nouveau Nantais d'un ancien ? Le premier va faire ses courses aux Galeries Lafayette du côté de Bouffay, le second va chez Decré dans le quartier du même nom. Les deux désignent pourtant un seul et identique grand magasin, installé à l'angle des rues de la Marne et du Moulin.

C'est l'une des bizarreries nantaises et cela fait trente ans que ça dure. Depuis la fin d'année 1979 très exactement, date à laquelle la famille Decré s'est résolue à vendre sa holding commerciale au groupe Nouvelles Galeries, devenu plus tard Galeries Lafayette. « Nous étions concurrencés par les supermarchés de périphérie qui se multipliaient, se souvient Jean-Philippe Decré, directeur général à l'époque. Seuls, on n'arrivait plus à suivre. Il fallait vendre à un groupe solide ou fermer le magasin. Et il était hors de question de fermer. » Il faut dire que le lieu, riche de 112 ans d'existence, était devenu une véritable institution dans la région nantaise.

Lorsqu'il est lancé en 1867 par Jules-César Decré, le commerce de la rue de la Marne n'était au départ qu'un modeste bazar. Le développement sera rapide et l'enseigne devint « grand bazar » puis « grand magasin ». Sa renommée grandit alors dans toute la France avec, comme apothéose, la construction en 1931 d'un des plus grands bâtiments commerciaux d'Europe, tout en verre et en acier, signé du célèbre architecte Henri Sauvage. Sa destruction complète par les bombardements de 1943 n'arrêta pas le succès.

Le magasin fut reconstruit au même endroit puis continua de prospérer, comptant jusqu'à 800 employés. « Les premières difficultés commencèrent à la fin des années 1960, raconte Jean-Philippe Decré. L'arrivée du centre commercial Beaulieu a poussé tous les commerçants du quartier à réagir. Il a alors été décidé de communiquer ensemble avec le nom de Quartier Decré. Nous avons aussi obtenu la création d'un des premiers parkings souterrain de la ville et la transformation, à contre-courant de l'époque, de nos rues en plateau piétonnier. » Le boom des grandes surfaces aura toutefois raison de l'aventure familiale. Le nom Decré fut décroché du magasin (excepté une vieille enseigne), mais les Nantais ne l'entendaient pas ainsi. « Ce nom ne nous appartient plus vraiment aujourd'hui, constate l'ancien directeur. Il fait plutôt partie de l'histoire de la ville. Son souvenir a été transmis par toute une génération qui a été marquée par le lieu et l'esprit convivial qui y régnait. C'est une grande fierté pour nous. » W