Les habitants attendent davantage du tri

— 

Quand on compare les résultats français en matière de collecte sélective, l'agglomération nantaise n'a pas de quoi rougir. Avec 53 kg de déchets recyclés récupérés par an et par habitant, Nantes métropole fait mieux que Marseille, Bordeaux, Toulouse ou même que la moyenne nationale (46 kg/an/hab).

Pour autant, quand on interroge les Nantais, rares sont ceux qui s'estiment « fier » de la gestion publique des déchets. « Nous sommes en retard, comme le reste du pays d'ailleurs, fustige Anne-Claire, de Rezé. On a un bac pour le recyclable, point. » « Les politiques ne parlent que de développement durable et moi je n'ai même pas une poubelle pour trier quoi que ce soit ! Je ne comprends pas que ça prenne autant de temps », rapporte Yves, qui habite place du Change à Nantes.

William, lui, habite Doulon, un quartier nantais équipé en Tri'sac. « Tout dans la même poubelle, le système est pas mal. Mais j'avoue ne pas faire toujours très attention. Il m'arrive de me tromper de couleur. Et puis il y a des choses que je ne sais jamais où mettre. » Un profil qui énerve Véronique. « Moi, je fais hypergaffe. Alors ça m'agace de savoir que certains font n'importe quoi. On devrait faire des contrôles et pénaliser financièrement ceux qui ne font pas d'effort. ». Sarah aimerait, elle, que la ville donne exemple. « Des poubelles publiques permettant aux gens de trier en jetant leurs déchets dans la rue, comme on en voit dans les villes étrangères. Ce serait bien, non ? » W

F. B.