L'agglo veut franchir un cap en dégainant son plan déchets

Frédéric Brenon

— 

A l'heure du sommet de Copenhague, la communauté urbaine de Nantes a dévoilé hier son plan spécifique pour les déchets. Présenté comme un « élément phare » de son Plan climat 2007-2025, ce programme vise à mieux trier et mieux valoriser les 310 000 tonnes d'ordures collectées chaque année dans l'agglo. Plus de 40 millions d'euros vont être investis en ce sens d'ici la fin du mandat. Tour d'horizon.

G

Sacs ou bacs jaunes pour tous C'est le principal reproche adressé aux élus : 90 000 habitants ne disposent à ce jour d'aucun système de collecte sélective à domicile. Il s'agit exclusivement de Nantais, habitants du centre-ville pour l'essentiel. Toutes les autres communes membres de Nantes métropole bénéficient, elles, d'un dispositif en porte-à-porte, par bacs ou sacs jaunes. Pour remédier à cette situation, 50 000 Nantais recevront dans un an des bacs jaunes. Les 40 000 restants devront attendre 2013 pour pouvoir utiliser à leur tour le système Tri'sac (sacs bleus et jaunes séparés par lecture optique). Cette ultime phase était prévue pour 2010.

G

Tri'sac maintenu et généralisé Critiqué par l'opposition, le dispositif Tri'sac, mis en place à Nantes depuis 2006, sera maintenu et même généralisé à quatre nouvelles villes en 2013 : Saint-Herblain, Rezé, Orvault et Saint-Sébastien. Une étude va être lancée pour délimiter les quartiers concernés. « Certes, nous refusons plus de déchets recyclables avec Tri'sac qu'avec les bacs jaunes [entre 30 et 40 % de refus pour Tri'sac contre 19 % en moyenne pour les bacs selon nos informations] mais cela reste un système très efficace, particulièrement adapté à l'habitat dense », insiste Michèle Gressus, vice-présidente de Nantes métropole. Pour absorber l'extension de Tri'sac, 13 millions d'euros seront dépensés dans un nouveau centre de séparation des sacs Prairie de Mauves, l'actuel arrivant à saturation.

G

Déchetteries et éco-points modernisés Mal agencées et parfois peu sûres, Cinq déchetteries sur les douze que compte l'agglomération vont être réhabilitées. Cinq millions d'euros seront investis pour améliorer l'accueil, la sécurité et développer de nouvelles filières (déchets dangereux...). Seront concernés les sites de Rezé, Vertou, Saint-Sébastien, Saint-Herblain et Carquefou.

G

Des composteurs subventionnés Parce qu'elle « ne peut pas, pour des raisons de concurrence, de coût et de stock, financer des composteurs domestiques à tous les habitants », Nantes métropole s'engage à verser 20 euros à chaque foyer achetant son composteur de jardin (environ 40 euros). Une étude va aussi être menée avec les communes afin de lancer des projets de compostage collectif. L'association Compostri, qui développe la pratique du compostage dans les pavillons, sera subventionnée. W