L'esprit Canal, pas qu'un fantôme

Guillaume Frouin

— 

Sébastien Marqué et Gildas Maquaire réalisent les « Ghost movies » sur leur temps libre.
Sébastien Marqué et Gildas Maquaire réalisent les « Ghost movies » sur leur temps libre. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

Non, les « Ghost movies » ne sont pas une anthologie des films de Patrick Swayze. Ni bandes-annonces, ni courts-métrages, ces extraits de « films-fantômes » ont pourtant depuis peu une émission - façon « Ciné 6 » - à leur nom sur Télénantes. Des films d'aventures ou historiques qui n'existent pas, donc, mais des extraits du scénario bien réels, tournés par une dizaine de cinéastes nantais (comédiens, techniciens, maquilleuse...). Affiches, résumés ou critiques (bidon) : mis en ligne sur leur site ghostmoviesproject.com, ces « films-fantômes » un poil déjantés n'ont rien à envier à leurs glorieux aînés.

Au total, vingt-six « Ghost movies » de quelques minutes ont ainsi déjà été mis en boîte. Certains ont connu les honneurs de la page d'accueil de Dailymotion. « Pour nous, cela présente les mêmes contraintes techniques qu'un long-métrage, sauf que cela revient moins cher », explique le réalisateur Sébastien Marqué, 32 ans, qui parle d'un « bon entraînement » en vue de la réalisation d'un long métrage en bonne et due forme.

Les « Ghost movies », réalisés bénévolement par l'équipe sur ses fonds propres et son temps libre, sont surtout prétextes à de sacrées poilades entre potes. « On ne fait pas ça pour le blé, juste pour le plaisir », confirme Gildas Maquaire, 36 ans, directeur de la production. « Quelque part, on est des enfants des Nuls, dans l'esprit totalement libre. » « On a grandi avec Canal +, la chaîne du cinoche, ajoute Sébastien, casquette vissée sur la tête. Si on pouvait finir dessus, ce serait top. » W