La région prête à prendre les clés de Fontevraud

— 

L'abbaye de Fontevraud est gérée par une association financée à 80 % par la région.
L'abbaye de Fontevraud est gérée par une association financée à 80 % par la région. — BALTEL / SIPA

L'Etat va-t-il « brader » ses monuments historiques ? Certains s'en inquiètent, après l'adoption au Sénat d'un article du projet de loi de finances, qui prévoit de transférer 1 750 monuments aux collectivités locales qui le souhaitent. En Pays de la Loire, l'abbaye royale de Fontevraud (Maine-et-Loire) pourrait ainsi intéresser le conseil régional. Depuis 1991, elle est gérée par une association d'utilité publique, dont le budget de 3,2 millions d'euros est financé à plus de 80 % par la région. Problème : la convention qui lie depuis dix-huit ans la structure à l'Etat - toujours propriétaire des murs - arrive à échéance à la fin du mois... Et elle n'a toujours pas été renouvelée.

« Cela fait deux ans que l'Etat est sollicité, mais il est incapable de prendre une décision dans les délais », fustige Jacques Auxiette, président (PS) du conseil régional, qui s'est dit, hier, « prêt à en prendre la propriété ». Et ce, bien qu'il considère que les monuments nationaux relèvent des « fonctions régaliennes » de l'Etat. « Cette absence totale de réactivité met en péril 80 emplois, qui vont se retrouver sans structure dans un mois », justifie l'élu socialiste. « Le dossier est entre les mains du ministère, une décision est imminente », se défend Georges Poull, directeur régional des affaires culturelles. A plus long terme, l'association qui gère l'abbaye du XIIe siècle voit, elle, d'un bon oeil un partenariat accru avec les collectivités locales. « Elles sont davantage dans une logique de développement territorial que l'Etat, que ce soit en termes de transports ou de tourisme d'affaires », observe Xavier Kawa-Topor, son directeur. W

Guillaume Frouin