L'agglo réchauffe son plan climat

Frédéric Brenon

— 

Jean-Marc Ayrault veut mobiliserles acteurs privés.
Jean-Marc Ayrault veut mobiliserles acteurs privés. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

Véritable coup d'accélérateur ou effet de communication ? Deux ans et demi après l'adoption de son plan climat 2007-2025, la communauté urbaine de Nantes a annoncé, hier, le lancement d'un plan climat dit de « deuxième génération ». Celui-ci contient une grosse dizaine d'actions environnementales qui devront être lancées courant 2010. « L'objectif est de franchir un cap au niveau de la mobilisation des acteurs privés. Pour atteindre nos objectifs, nous ne pouvons pas nous contenter de l'animation purement publique », justifie Jean-Marc Ayrault, président de la communauté urbaine.

Plusieurs actions visent à faire participer le grand public : lancement d'un panel citoyen avec 150 familles s'engageant à modifier leurs habitudes pendant un an, mise en place d'un numéro vert d'information, accompagnement des actions privées pour l'économie d'énergie, finalisation des mesures de déperdition énergétique des bâtiments de l'agglo, création d'un rendez-vous annuel autour de l'urgence climatique. Les autres actions portent principalement sur l'habitat et les déplacements : réhabilitation des logements sociaux, lancement de dix lignes Chronobus, plan de développement du vélo avec bonus financier pour les communes les plus actives, aménagement du centre-ville défavorable aux voitures, baisse de la consommation d'éclairage public, plan spécifique aux déchets...

« Sur le papier, ce plan climat est pas mal, ironise Julien Bainvel, élu UMP à la mairie de Nantes. Mais pour ce qui est des réalisations concrètes, on peut nettement mieux faire. Les développements des transports en commun et du tri des déchets ont été stoppés, la pratique du vélo reste marginale et le compteur carbone promis n'existe pas. Pas de quoi être fiers. » Le principal objectif du plan climat nantais est de réduire de moitié l'émission de CO2 d'ici à 2025. W