Les Pays de la Loire surfent sur la vague

— 

C'est peut-être le début d'une vraie politique en matière d'énergies marines renouvelables. Dans la foulée du Grenelle de la mer, conduit l'été dernier, la préfecture a annoncé, hier, qu'elle réunirait, lundi prochain, les parties prenantes au dossier en Loire-Atlantique et en Vendée. « On ne peut pas envisager d'installations énergétiques sans prendre en compte les contraintes du milieu [protection de l'environnement] et les nombreux usages de l'espace maritime comme la pêche ou la plaisance », justifie le préfet, Jean Daubigny.

La façade atlantique de la région devra ainsi contribuer à l'objectif national : produire, d'ici à 2020, 6 000 mégawatts à partir d'énergies marines. Parmi les techniques envisageables, l'éolien off shore devrait être majoritaire à cette date, les autres énergies étant encore en développement. A Nantes, l'école centrale étudie depuis 2003 l'énergie des vagues. Son système, Sem-Rev, produira ses premiers wattheures l'été prochain, au large du Croisic. W

David Prochasson