Juste pour rire baisse le rideau

Guillaume Frouin

— 

Florence Foresti (ici avec la mascotte de Juste pour rire) a parrainé le festival en 2008.
Florence Foresti (ici avec la mascotte de Juste pour rire) a parrainé le festival en 2008. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

Miné par les déficits, le festival Juste pour rire quitte la cité des Ducs de Bretagne. Révélée vendredi par 20 Minutes, l'information a été officialisée hier par la mairie de Nantes. « Rien ne laissait augurer une amélioration de la stabilité financière, sauf à réduire la qualité de la manifestation ou solliciter une aide publique beaucoup plus importante », explique Jean-Marc Ayrault. La ville, qui avait versé 250 000 euros aux organisateurs en 2006, n'en allouait plus que 80 000 euros l'an passé.

Quatre ans après son arrivée, Juste pour rire devrait donc mettre les voiles sur Lyon. « Nous sommes en contact avec les organisateurs, mais rien n'est décidé », affirmait pourtant jeudi Najat Vallaud-Belkacem, adjointe (PS) aux grands événements à la mairie de Lyon. Seul hic : les 300 000 euros réclamés par les organisateurs. Une solution a dû être trouvée depuis, Juste pour rire se refusant hier à communiquer dans l'immédiat « sans l'aval de Lyon ».

A Nantes, en dépit de relations tendues avec la scène artistique locale, le festival avait rencontré un indéniable succès public. « Les déficits sont dus à un gros problème de gestion, analyse Philippe Guihéneuf, directeur du Terrain neutre théâtre [TNT]. L'argent sert au train de vie somptuaire des organisateurs plutôt qu'aux artistes. A Lyon, Nantes ou ailleurs, ils vont droit dans le mur. »

L'élan positif créé par Juste pour rire sur la scène comique locale ne devrait toutefois pas rester sans lendemain. Le TNT a lancé hier un appel aux autres salles pour recréer très vite, à Nantes, un festival d'humour « à résonance nationale, voire plus ». W