La contrefaçon broyée sur la place publique

— 

Un rouleau compresseur aécrasé symboliquement des centaines de pièces auto contrefaites sur le parking d'Audencia, hier.
Un rouleau compresseur aécrasé symboliquement des centaines de pièces auto contrefaites sur le parking d'Audencia, hier. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

Un rouleau compresseur qui écrase, en plein campus, des centaines de pièces de voiture, ça ne se voit pas tous les jours. La scène s'est pourtant déroulée hier après-midi sur le parking d'Audencia.

L'école de management nantaise organisait cette destruction symbolique afin de sensibiliser les étudiants et les chefs d'entreprise régionaux aux « dangers de la contrefaçon ». Plus de huit cents capots, blocs de phare et éléments de carrosserie contrefaits ont ainsi été réduits en miettes sous les yeux du public. « C'est le genre de manifestation spectaculaire qui marque les esprits, explique Fabrice Vié, de l'Institut national de la propriété industrielle. La contrefaçon est un fléau sérieux, qui pénalise des milliers d'emplois et peut être dangereux pour les consommateurs. » « Du téléchargement sur Internet à l'achat d'une paire de lunettes à l'étranger, il y a une forme de banalisation de la contrefaçon qui nous inquiète beaucoup », ajoute Nicolas Minvielle, enseignant à Audencia. W

Frédéric Brenon