Le train ne doit plus siffler en raffinerie

Frédéric Brenon

— 

La situation dure depuis une trentaine d'années. Et elle est pour le moins incongrue : plusieurs milliers de voyageurs traversent chaque jour, en TER ou TGV, la raffinerie Total de Donges. Conséquence d'une extension industrielle progressive, la ligne ferroviaire Nantes-Saint-Nazaire passe en effet au milieu du site classé Seveso. Son déplacement est évoqué depuis des lustres, mais il semble que le dossier est aujourd'hui sérieusement relancé. En collaboration avec Réseau ferré de France (RFF), Total a commandé une étude de faisabilité pour détourner la voie au nord de la raffinerie.

« C'est le préfet qui a demandé d'étudier le déplacement de la voie, indique RFF. L'objectif est d'éviter une zone identifiée à risque pour l'ensemble des voyageurs. Les résultats de l'étude seront connus début 2010. Ils permettront de définir un coût et de lancer enfin les débats. » Du côté de Total, on affirme également que la sécurité est l'argument numéro un, le « risque d'accident ne pouvant jamais être écarté ». Mais on reconnaît aussi qu'un contournement est nécessaire pour de futurs projets d'investissements industriels. Sa réalisation n'est toutefois pas envisagée avant cinq ans. W