Les Roms face à un mur

— 

Une « position responsable, ferme et constante ». Nantes métropole a opposé une nouvelle fin de non-recevoir au collectif Romeurope, qui manifestait hier midi sous les fenêtres de la communauté urbaine. Celui-ci redoute l'expulsion imminente du camp de Chantenay, où 80 familles occupent illégalement un terrain municipal.

« Depuis plusieurs mois, 75 familles Roms se sont vues proposer un parcours d'insertion », a rappelé Nantes métropole. « Cet effort, déjà très conséquent, ne sera pas amplifié. Cette politique ne souffre d'aucune exception. » W