Court, sans sucre et recyclé

Guillaume Frouin

— 

Alexis Raillard, cogérant de la PME.
Alexis Raillard, cogérant de la PME. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

C'est une première dans le Grand Ouest. A Saint-Herblain, une PME collecte depuis cet été les gobelets usagés de machines à café, afin de les recycler. Ils sont ensuite transformés en cintres, en tuyaux ou en pots de fleurs dans une usine au Mans (Sarthe). «Les gobelets en plastique sont symptomatiques de notre société de consommation, où tout se jette », justifie Alexis Raillard, cogérant de Solution Recyclage, créée il y a tout juste un an. « Pour préserver la planète, il y a deux possibilités : soit les gens prennent tous un mug, soit on s'organise pour les recycler. »

Son associé Olivier Humeau et lui ont déjà fait leur choix : avec leur fourgon compartimenté de 15 m3, ils organisent des tournées régulières chez leurs clients pour les débarrasser de leurs quelques gobelets, mais aussi - et d'abord - d'une vingtaine d'autres types de déchets (cartons, toners d'imprimante, bouteilles plastique...). Au final, pour une PME, le service global coûte entre 50 et 100 euros par mois. « Pour le client, il n'y a pas de gain financier à attendre, tranche Alexis Raillard. C'est surtout un plus en termes d'image. D'ailleurs, ce sont souvent les salariés qui réclament à leur patron la mise en place de cette collecte. »

Nantes Métropole Développement (NMD), le syndicat public d'aménagement du territoire, a ainsi installé des poubelles spéciales sur six de ses sites, au pied de ses machines à café. Et réfléchit déjà à faire de même sur l'ensemble de son parc immobilier d'ici à un an. « Nous n'avons pas de gros volumes à collecter, mais au final l'accumulation des petits déchets génère des quantités énormes, témoigne Frédéric Bougie, en charge du dossier à NMD. Il s'agit aussi d'être exemplaire : si des salariés au bureau trient leurs déchets, peut-être seront-ils incités à faire de même à la maison. » W