Nantes surfe sur les plastiques du futur

Guillaume Frouin

— 

Le centre emploiera 300 personnesà terme.
Le centre emploiera 300 personnesà terme. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

Au terme de deux ans de travaux, le Technocampus EMC2 a été inauguré hier. Situé juste derrière les usines Airbus, à Bouguenais, ce centre de recherche et développement va employer plus de 150 chercheurs, ingénieurs et techniciens (300 à terme) sur près de 18 800 m2. Tous travailleront sur les « matériaux composites », un assemblage de résines et de fibres (plastique, verre, carbone...) très résistant et ultraléger. Les « plastiques du futur », sont d'ores et déjà plébiscités par l'industrie aéronautique, mais aussi par les secteurs de la plaisance (mâts de bateaux), du BTP (poutres de grande dimension) ou des énergies renouvelables (pales d'éoliennes).

« La révolution technologique des matériaux composites est comparable à celle qui s'est produite lors du passage des minerais classiques au plastique », observe Jacques Auxiette, président (PS) du conseil régional des Pays de la Loire, principal bailleur de fonds du projet. Plate-forme « unique en France », développée en partenariat avec les industriels, les universités et les grandes écoles, le Technocampus EMC2 a coûté 80 millions d'euros de financements privés et publics. Une exposition va se tenir sur place pendant un an pour sensibiliser le grand public aux usages des composites. W