Nantes: Comment les bombardements de 1943 ont transformé le visage du centre-ville

URBANISME Il y a 75 ans jour pour jour, les bombes ravageaient le centre-ville de Nantes. Les stigmates sont encore très visibles aujourd'hui...

Frédéric Brenon

— 

La rue du Calvaire après les bombardements de septembre 1943.
La rue du Calvaire après les bombardements de septembre 1943. — Archives de Nantes
  • Les bombardements du 16 et 23 septembre 1943 ont tué près de 1.500 personnes à Nantes.
  • Les dégâts matériels étaient énormes. Des milliers d'habitants furent sinistrés.
  • La reconstruction, parfois à la va-vite, a bouleversé à jamais l'esthétisme du centre-ville.

« Une pluie de fer et de feu. » La métaphore revient souvent pour évoquer les bombardements du 16 et 23 septembre 1943, que Nantes commémore ce dimanche et dimanche 23 septembre. Méconnu, cet épisode de la Seconde Guerre mondiale a bouleversé le visage de la Cité des ducs.

La place Graslin juste après les bombardements de septembre 1943.
La place Graslin juste après les bombardements de septembre 1943. - Archives de Nantes

 

Et laissé une trace bien visible dans l’architecture actuelle du centre-ville. Il faut dire que les dégâts étaient énormes : 700 bâtiments totalement détruits, 1.300 immeubles sinistrés, 2.000 à réparer.

« C’était le chaos. Tout était à refaire »

Les quartiers Decré, Calvaire, Bretagne, Gloriette, quai de la Fosse, Sainte-Anne et Chantenay furent les plus touchés. Mais la rue de Gigant, la place Royale, la place du Commerce, le champ de Mars, Doulon ou la gare de l’Etat n’échappèrent pas aux bombes. « C’était le chaos, tout était à refaire, raconte le Lieutenant-colonel (RCIT) Xavier Trochu, historien de la Seconde Guerre mondiale. Beaucoup de familles ont préféré partir à la campagne. Des milliers d’autres ont été relogées dans des baraquements en bois ou en tôle. »

Officiellement lancée en 1948 sous la houlette de l’architecte Michel Roux-Spitz, la reconstruction de Nantes dura près de quinze ans. « On profita du drame des bombardements pour repenser une partie de la ville. Il s’agissait de former de nouvelles voies pour faire place au trafic grandissant des voitures. »

De nouvelles rues, des nouvelles cités

L’actuelle rue du Calvaire en est un bel exemple. Détruite aux trois-quarts, elle fut élargie pour devenir un « axe de circulation prioritaire ». La rue de Budapest fut créée à cette occasion pour relier une autre artère tracée à l’emplacement de l’insalubre quartier du Marchix (aujourd’hui disparu).

La rue du Calvaire, juste après les bombardements de septembre 1943 à Nantes.
La rue du Calvaire, juste après les bombardements de septembre 1943 à Nantes. - Archives de Nantes

La forme actuelle de la place Bretagne se dessina au même moment. « Les immeubles écroulés n’y furent pas reconstruits. On dégagea de l’espace pour accueillir d’imposants bâtiments administratifs, où sont aujourd’hui La Poste et la Cram. » Autre conséquence des bombardements, des cités de relogement pour sinistrés apparurent en marge du centre-ville (Chêne des Anglais, Poitou, Serpette, Contrie, Grand-Clos, etc.)

Une reconstruction à grand renfort de béton

Réduits en gravats, certains lieux emblématiques ont été reconstruits presque à l’identique, comme la moitié est de la place Royale, l’église Saint-Nicolas, le palais de la Bourse (actuelle Fnac) ou le cours Cambronne. D’autres ont été reconstruits selon les standards architecturaux de l’époque, à grand renfort de béton. C’est le cas de la rue de la Marne, de l’Hôtel-Dieu, du Temple protestant ou des quais de Loire.

La place de la Bourse juste après les bombardements de septembre 1943.
La place de la Bourse juste après les bombardements de septembre 1943. - Archives de Nantes

« L’esthétisme du centre-ville en a souffert, c’est sûr, conclut Xavier Trochu. Quai de la Fosse, il n’y a plus cet alignement ininterrompu de façades du 17e ou 18e siècle. On a perdu cette homogénéité architecturale qui fait par exemple la beauté de Bordeaux. Mais l’urgence était ailleurs, celle de se reloger et de se relever. »

Près de 1.500 morts

Les bombardements des 16 et 23 septembre ont tué 1.463 personnes à Nants et blessé plus de 2.500 autres. Ils étaient l'œuvre de l'aviation américaine et britannique, laquelle visait les installations portuaires et industrielles. La chute des bombes sur le centre-ville serait due à une erreur de visée.