Une pétition anti-négriers fait tiquer

— 

Faut-il débaptiser les rues qui portent des noms de négriers ? L'association DiversCité, qui vient d'écrire aux maires des quatre principaux ports ayant profité de la traite des Noirs, semble le penser. Concernée au même titre que Bordeaux, Le Havre et La Rochelle, Nantes devrait ainsi renommer l'avenue Millet, la rue Berthelot ou - plus étonnant - le quai de la Fosse.

« Si Guillaume Grou [1698-1774] a été honoré d'un nom de rue, ce n'est pas en tant que négrier, mais en tant que philanthrope. Il a utilisé une partie de son argent pour faire construire un hôpital municipal », nuance Yvon Chotard, président de l'association les Anneaux de la mémoire. Au lieu de « gommer les traces du passé », l'ancien adjoint de Jean-Marc Ayrault milite donc pour la constitution d'« un grand musée international de l'esclavage et de la traite négrière. Plutôt que de taire le commerce triangulaire, il faut en parler à la terre entière. » W

G. F.