Sous l'emprise de la drague

Guillaume Frouin, photos : Jean-Sébastien Evrard

— 

Sébastien Night, autoproclamé « expert en séduction », commercialise des DVD et est lui-même l'auteur d'une méthode pour séduire.
Sébastien Night, autoproclamé « expert en séduction », commercialise des DVD et est lui-même l'auteur d'une méthode pour séduire. —

Il cache son âge, concédant simplement « ne pas avoir la trentaine ». Et rechigne à dévoiler son véritable nom, préférant se faire appeler Sébastien Night. Un patronyme qui claque, comme celui de son métier : « expert en séduction ». Il vient d'ailleurs de lancer une Webtélé, www.drague.tv, où il dispense gratuitement ses conseils. Ce Nantais a trouvé le bon filon : depuis février 2008, il a commercialisé une vingtaine de DVD thématiques (« Objectif zéro râteau », « Faites-la vibrer : la séduction au téléphone », etc.) et anime des ateliers, auprès d'un public avant tout masculin, pour diffuser sa méthode PRINCE. L'acronyme reprend les règles de base de la séduction durable : être Prêt à avoir quelqu'un dans sa vie, Remarquable, Intéressant, Naturel, puis Conclure et Entretenir la relation.

Le jeune homme, étudiant en informatique à l'Ecole centrale de Nantes jusqu'en 2006, est pourtant « parti de très très bas ». « J'étais très timide et je n'avais aucune idée de quoi parler », se rappelle Sébastien Night. En 2005, ce Guadeloupéen décide donc de se prendre en main. Sur la foi de conseils glanés sur Internet, il aborde le premier mois dix filles dans la rue ou les supermarchés. Puis trente le second. Et soixante le troisième. « J'ai testé à peu près toutes les méthodes, et il y a beaucoup de conneries sur le Net », sourit-il aujourd'hui.

Fort de son expérience, ce séducteur compulsif a ainsi abordé « un millier » de jeunes femmes l'an passé. Il en a embrassé précisément « un peu plus d'une centaine », dont « dix dans la même soirée ». Mais, depuis peu, le jeune homme préfère se concentrer « sur la qualité plutôt que la quantité ». Revers de la médaille, ses relations n'ont jamais excédé quelques mois, et il est toujours célibataire. « Quand les filles savent que je suis expert en séduction, cela crée chez elles un a priori négatif », convient Sébastien, qui a aussi été prof de salsa au Poquito, rue Paul-Bellamy.

Mais son métier n'a pas que des mauvais côtés. Grâce à ses ateliers et séminaires à Paris, vendus de 295 euros la demi-journée à 2 500 euros le week-end, l'activité de sa PME est « florissante », reconnaît Sébastien, qui habite près du cours des Cinquante-Otages. « Je n'apprends pas à des dragueurs invétérés à tirer leur coup puis se barrer, mais à des mecs à se sentir en confiance », tempère le jeune homme. « Cela a permis à des étudiants de décrocher un boulot, à d'autres d'arrêter de fumer ou de monter leur boîte. Socialement, ça apporte énormément d'être à l'aise. » W