Lusanger manie la craie et le PC

Guillaume Frouin

— 

Luc Chatel, ministre de l'Education, en visite dans l'école publique de Lusanger.
Luc Chatel, ministre de l'Education, en visite dans l'école publique de Lusanger. — B. BECHARD / 20 MINUTES

Un tableau à la craie, une carte de France des fleuves et de leurs affluents... A première vue, l'école primaire publique de Lusanger est une école comme les autres. Sauf qu'elle est officiellement, depuis hier, la première « école numérique rurale » de Loire-Atlantique. Le nouveau ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, est venu inaugurer son tableau numérique tactile et ses dix ordinateurs portables connectés en réseau.

La commune de 1 000 habitants, située entre Derval et Châteaubriant, faisait déjà partie d'« un réseau rural d'éducation » avec ses voisines de Mouais et Sion-les-Mines. Plusieurs rencontres sont ainsi organisées chaque année entre les trois écoles, pour « lutter contre l'isolement » de leurs enseignants et des élèves. « Ces matériels vont nous permettre d'avoir une ouverture sur le monde », explique Julie Huet, directrice de cette école de 90 élèves, qui mise aussi sur « la lecture des livres » et « la fréquentation des lieux de culture » pour atteindre son but. A l'isolement géographique de Lusanger, s'ajoutait jusque-là la fracture numérique. Sur les quatre PC connectés à Internet, deux « ramaient trop », soupire la directrice.

Quelque 122 écoles de Loire-Atlantique, publiques et privées, peuvent ainsi potentiellement devenir « école numérique rurale ». Mais toutes ne le feront pas, faute de moyens : les mairies et les associations de gestion des écoles privées sont appelées à compléter, de 20 à 40 %, les dotations de l'Etat. L'école publique de Mouais, à 5 km, a ainsi dû renoncer aux ordinateurs de Luc Chatel et du ministère de l'Education nationale. W