L'autodérision, arme fatale des noms à la con

Guillaume Frouin

— 

La maire de Bouzillé, Brigitte Rey, et Patrick Lasseube, les créateurs du groupement.
La maire de Bouzillé, Brigitte Rey, et Patrick Lasseube, les créateurs du groupement. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

En 1976, un sketch télévisé de Daniel Prévost avait rendu célèbre Montcuq. Ce village du Lot ne se rendra toutefois pas aux septièmes « Rencontres des communes aux noms burlesques », qui vont se tenir cette année les 11 et 12 juillet à Bouzillé (Maine-et-Loire), à dix kilomètres au sud d'Ancenis. « On n'a pas démarché Montcuq, car on voulait éviter de tomber dans le grossier ou le grotesque », s'excuse presque Patrick Lasseube, à l'origine de ce groupement de trente-quatre communes aux noms « pittoresques ou chantants ». « Et puis, à l'époque, les habitants du village n'avaient pas vraiment apprécié le reportage. »

Le maire de Trécon (Marne), bourg de 72 habitants, a pris, lui, le parti d'en rire. Idem à Arnac-la-Poste (Haute-Vienne), Cocumont (Lot-et-Garonne) ou Vinsobres (Drôme), nichée au beau milieu des vignes AOC des côtes-du-Rhône. « On tourne le ridicule à notre profit », explique Yves Fouquet, maire (divers droite) de Vatan, une commune pourtant « très accueillante » située entre Vierzon et Châteauroux (Indre), qui a hébergé les précédentes Rencontres. « Grâce à notre nom, on a reçu la visite de chaînes de télé venues de Belgique, de Grande-Bretagne ou des Pays-Bas. Cela a eu des retombées économiques positives pour nos gîtes ou notre camping. »

« Les gens viennent à Poil pour se faire photographier, confirme Jean-Emile Boulez, maire de ce village nivernais de 161 habitants. Au moins deux fois par an, on se fait même voler nos panneaux d'entrée et de sortie de commune. Tout cela a un coût pour les habitants. Adhérer au groupement des communes aux noms burlesques nous permet de tirer profit de cette notoriété. » Et de mieux prendre les blagues sur les « femmes à Poil ».

A la différence de la Gascogne ou de la Bourgogne, le grand Ouest est quant à lui plutôt dépourvu de noms cocasses. Hormis Bouzillé, il doit se contenter de Beaufou ou Marans (Vendée) pour sourire. Mouais (!). W