Loire-Atlantique : Le département veut repenser les cours de récréation des collèges publics

EDUCATION Dans le cadre d’une grande opération de réhabilitation et de construction de collèges publics, la Loire-Atlantique s’attaque aux cours de récréation pour qu’elles deviennent « des espaces de détente et de bien être »

David Phelippeau
Les enfants cherchent l'ombre dans les cours de récréation.
Les enfants cherchent l'ombre dans les cours de récréation. — R. Meigneux / SIPA
  • Dans le cadre de son schéma départemental des collèges publics sur la période 2022-2032, le conseil départemental veut repenser les cours de récréation et les réhabiliter.
  • Ces lieux doivent devenir « des espaces de détente et de bien être ».
  • Un gros travail sur les sanitaires va aussi être engagé « pour préserver l’intimité des jeunes ».

« Nous sommes arrivés au bout d’un système de cours de récréation. » Et le Département de Loire-Atlantique, sous l’impulsion de son président Michel Ménard, a décidé d’agir. Dans le cadre de son opération de réhabilitation des collèges publics et de construction de nouveaux établissements à hauteur de 52 millions d’euros par an, « nous allons réfléchir à la recomposition des cours, indique Vincent Danis, vice-président éducation et politique éducative du Département. Il faut qu’elles soient bien pensées et bien conçues. » Ces lieux doivent devenir « des espaces de détente et de bien être ». Les terrains de foot/basket souvent au beau milieu des cours pourraient être « déplacés, mais pas supprimés », insiste Michel Ménard.

Un travail avec des architectes va être mis en place, mais les avis et les habitudes des élèves seront pris aussi en compte. « Réorganiser la cour de récréation, apporter un meilleur confort avec une végétalisation et un partage des activités va agir sur le climat scolaire et participer à réduire les conflits. » Une réhabilitation par cour qui coûtera 300.000 euros avec un objectif de cinq cours réhabilitées par an jusqu’à la fin du mandat, soit 2027.

Réalisation de deux cours « prototype »

A ce titre, le Département engage la réalisation de deux cours « prototype » sur les collèges Victor Hugo à Nantes et Arthur-Rimbaud à Donges. Dans la liste des collèges neufs, il y aura ceux d’Ernest Renan à Saint-Herblain et Chaumes-en-Retz, et dans les établissements réhabilités, ceux de La Ville-aux-Roses à Châteaubriant et Cacault à Clisson. Un gros travail sur les sanitaires va aussi être engagé « pour préserver l’intimité des jeunes ». « Les miroirs et les points d’eau vont être sortis des bâtiments, explique Vincent Danis. Un travail sur la mixité des sanitaires va aussi être entrepris en collaboration avec les élèves. »

Pour rappel, dans le cadre de son schéma départemental des collèges publics sur la période 2022-2032, il est prévu la création de huit nouveaux établissements neufs et la réhabilitation de dix-neuf collèges publics. Dans les huit collèges publics construits ou reconstruits, il y a quatre projets en cours (pour un coût de 72 millions d’euros) : le nouveau collège Nantes-centre en septembre 2024, la reconstruction du collège Ernest Renan à Saint-Herblain pour septembre 2024, le nouveau collège à Chaumes-en-Retz pour septembre 2024 également et enfin, la reconstruction du collège Iles-de-Loire à Saint-Sébastien-sur-Loire.

Quatre autres projets de collèges ont été annoncés ce mercredi en conférence de presse : un aux Sorinières pour 2027, la reconstruction partielle du collège Bernier à Saint-Sébastien-sur-Loire, un nouvel établissement à l’ouest de l’agglo (commune à identifier) et la reconstruction du collège Auguste Mailloux au Loroux-Bottereau.