Un dépistage pour sauver sa peau

Antoine Gazeau

— 

Le soleil tue. Mais beaucoup moins si les lésions cancéreuses de la peau

sont repérées tôt. Alors le syndicat national des dermatologues organise, demain, sa 11e journée de prévention et de dépistage anonyme et gratuit des mélanomes dans les locaux de la Ligue contre le cancer, à Nantes. Trois spécialistes ausculteront les patients des pieds à la tête. « Ils repartiront avec des outils pour mieux surveiller leur peau », complète le docteur Olivier Jumbou, qui s'adresse essentiellement aux personnes à risque : celles qui ont la peau claire, beaucoup de grains de beauté, des souvenirs de coups de soleil dans leur enfance...

Le soleil tue. Et dans l'Ouest plus qu'ailleurs : 11,4 nouveaux cas sont enregistrés chaque année pour 100 000 habitants, soit trois fois plus que dans le Sud-Est. « Là-bas, on recherche l'ombre et on ne s'expose pas entre midi et 16 h », explique Valérie Guitet, chargée de la prévention à la Ligue. Ici, on se méfie peu d'un temps nuageux, qui laisse quand-même passer les UV. Ni même d'un petit air frais en bord de mer. « Et du fait de nos origines celtes, beaucoup de nos phototypes sont clairs », ajoute la jeune femme.

Le soleil tue. Et le message devrait passer demain. « Mais c'est dès qu'on a un doute sur une tâche qu'il faut en parler à son généraliste », précise Valérie Guitet. W