Les Nazairiens vont redécouvrir le bus

Antoine Gazeau

— 

La forme a valeur de symbole : c'est dans un bus-expo itinérant

que les habitants

des dix communes de la Carene, la communauté d'agglomération de Saint-Nazaire, sont invités, dès demain matin, à donner leur avis sur la refonte totale du réseau de bus qui se trame. « Créé en 1984, il n'a pas beaucoup évolué en vingt-cinq ans, rappelle Olivier Richard, maire adjoint de la ville-centre et premier vice-président de la Carene. Les scolaires et les étudiants l'utilisent beaucoup, les actifs très peu. »

Détruite au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, l'agglo a été entièrement reconstruite pour la voiture : l'air du temps exigeait larges avenues et stationnement aisé. Résultat : 4 % seulement des déplacements y sont aujourd'hui effectués en bus (contre le double à Lorient, par exemple). Les bouchons restent rares et limités, mais d'ici à 2015, la ville pourrait accueillir 100 000 déplacements quotidiens supplémentaires (+ 21 %), selon la Carene.

Pour répondre aux nouveaux besoins, la communauté d'agglomération s'appuiera sur la création d'une toute nouvelle ligne rapide, une « épine dorsale », avant septembre 2010. Sorte de busway à la nazairienne, en site propre par endroits, elle desservira, en dix-huit stations, la gare, le centre-ville, la cité scolaire, ou encore le secteur Océanis.

Les habitants peuvent donner leur avis sur quatre tronçons du tracé, qu'une animation vidéo permet d'ailleurs de découvrir dans le bus-expo. « Autour de cet axe devront être dessinées d'autres lignes, précise Olivier Richard. L'avis des Nazairiens sera ici déterminant. » Un forum les y aidera, notamment sur le site Internet de la Carene.

Le réseau devrait être totalement restructuré d'ici à 2012. « La démarche est volontairement rapide, explique un Olivier Richard convaincu. On a noté l'intérêt des Nazairiens pour ces questions lors des municipales de 2008. Et puis, il y a une vraie prise de conscience écologique. » La précipitation, c'est précisément ce que redoute l'opposition de gauche au maire (PS), Joël Batteux. « La réflexion globale est un peu courte, estime son vice-président, Eric Edom, vice-président de l'association Label Gauche. La question de la gratuité des transports n'a d'ailleurs pas été posée... » Pas même aux Nazairiens dans le bus-expo inauguré aujourd'hui. W