Quatre garçons envoûtants

David Prochasson

— 

Ils n'ont glané qu'un succès d'estime. Mais ces quatre garçons méritent bien mieux. En deux albums exigeants, Depth Affect a jeté des ponts entre electro et hip hop instrumental. Une musique aux contours expérimentaux, dans la veine d'Aphex Twin, Autechre ou Prefuse 73. Et un côté pop qui les rend très accessible. « On essaye de composer des chansons mélodiques », confirme David Bideau, l'homme aux machines.

Né en 2002 sur les bancs du lycée de la Joliverie, à Saint-Sébastien, Depth Affect s'est formé autour de David Bideau et Rémy Charrier. Le premier a été bercé à la pop des Beatles ou des Beach Boys, le second à des sonorités plus rock. Tous deux ont écouté le Wu-Tang Clan ou Aphex Twin. « On est un groupe d'electro mais cette musique est devenue un medium qui réunit nos diverses influences », explique David Bideau. Lui est plutôt le technicien du groupe, Rémy Charrier l'instrumentiste, au clavier ou au xylophone. Sur Arche Lymbe, leur premier album (2006), Depth Affect cultivait un sens du minimalisme dont ils se sont volontairement éloignés. « On ne voulait pas se complaire dans ce genre », poursuit David Bideau. Du coup, Hero Crisis, un titre prémonitoire sans le vouloir, sorti en juin 2008, est plus brut. Et lorgne davantage vers le hip hop grâce notamment à des collaborations avec deux rappeurs californiens.

Sur scène, Depth Affect est rejoint par Frédéric Puren, aux platines et par Xavier Brunet, à la vidéo. « Il récupère des images de ciné, des vieux clips qui collent à notre musique. » Entre set de Dj et création live, les concerts de Depth Affect reposent sur une alchimie entre musique et images. Une atmosphère envoûtante qu'on conseille aussi bien aux amateurs de rock que d'electro.

De 8 à 13 eur. Ce soir à 20 h 30 à l'Olympic, place Macé. 02 40 47 62 75 (Melomane).