Pays-de-la-Loire : La SNCF travaille à la création d'une seconde ligne Nantes-Angers-Le Mans

TRAINS Compte tenu de la saturation de l'axe ferroviaire qui ne peut être doublé, une nouvelle ligne, à grande vitesse, est envisagée à long terme. En attendant, des aménagements vont être réalisés sur le tracé actuel

Frédéric Brenon
Un TGV circulant entre Nantes et Angers, en bordure de Loire.
Un TGV circulant entre Nantes et Angers, en bordure de Loire. — Fabrice Elsner/20MINUTES
  • La ligne Nantes-Angers-Le Mans est, de loin, la plus fréquentée des Pays-de-la-Loire.
  • Une modernisation de la signalisation et des aiguillages permettra d’accompagner la montée du trafic.
  • Mais, à terme, la création d’un nouveau tracé est déjà à l'étude.

C’est l’un des axes ferroviaires les plus fréquentés de France. La liaison Nantes-Angers-Le Mans est officiellement considérée comme « saturée » par la SNCF. Jusqu’à huit trains (TGV, TER et Intercités) y passent par heure dans chaque sens. Sans compter les trains de marchandises aux heures creuses et la nuit. La faute à la forte croissance démographique de la région Pays-de-la-Loire et, en particulier, à l’attractivité des villes de Nantes et d' Angers. Impossible de doubler les voies coincées entre la Loire, la falaise et un tissu urbain parfois dense. SNCF Réseau, gestionnaire des rails, s’est donc mise en quête d’une autre solution pour accueillir des circulations supplémentaires sur la ligne à moyen terme.

L’idée, actée début février par un comité de pilotage, consiste, d’une part, à moderniser l’ensemble des postes d’aiguillage et, d’autre part, à mettre en place un nouveau système de signalisation informatisée, dite ERTMS, que l’on trouve déjà sur les grands tronçons ferroviaires européens.

Jusqu’à 25 % de gain de fréquentation

Ces aménagements devraient permettre de faire circuler deux trains sur une même voie à l’approche des gares de Nantes, Angers et Sablé, et d’optimiser la gestion des vitesses de circulation. « En gros, on augmente la taille des tuyaux pour y faire passer davantage de trains », résume Christophe Huau, directeur régional de SNCF Réseau. Le gain de fréquentation espéré irait jusqu’à 25 %.

Les nouveaux trains régionaux TER Regiolis, en gare de Nantes.
Les nouveaux trains régionaux TER Regiolis, en gare de Nantes. - Julie Urbach / 20 Minutes

« On pourrait passer de trois à quatre TGV par heure dans chaque sens. Et probablement ajouter un sillon TER supplémentaire », confirme Loïc Cocherel, responsable maîtrise d’ouvrage à SNCF Réseau. Le chantier coûte très cher, de l’ordre de 600 à 700 millions d’euros. Et il ne permettra pas une mise en service avant 2030. Et ensuite ? Sera-ce suffisant si la croissance de population se poursuit, comme le prévoient les démographes ? « Il arrivera un moment où les infrastructures arriveront à bout, admet Christophe Huau. Il faut s’y préparer, même s’il n’y a pas de besoin pour le moment. »

« On parle de plusieurs milliards d’euros d’investissement »

SNCF Réseau voit donc plus loin et travaille déjà, en collaboration avec le conseil régional des Pays-de-la-Loire, à l’élaboration d’une ligne nouvelle, à grande vitesse (300 km/h), entre Sablé-sur-Sarthe et Nantes, en complément de l’axe actuel. « On cherche quel pourrait être le meilleur tracé, précise Loïc Cocherel. On a regardé une cinquantaine de scénarios possibles et on en a retenu quatre. On doit maintenant étudier les gains de temps, les impacts sociaux économiques, les enjeux financiers… On parle de plusieurs milliards d’euros d’investissement. »

L’option d’une liaison directe Sablé-Nantes a été écartée. La future ligne desservirait donc l’agglomération d’Angers avec « éventuellement une gare souterraine ». L’horizon 2050 est évoqué, au plus tôt. « C’est encore embryonnaire, insiste le directeur régional de SNCF Réseau. Les coûts sont énormes. On n’est pas assez riches pour surinvestir alors qu’il n’y en a pas encore la nécessité. En attendant, on peut améliorer l’existant à moindre coût. »

Quelque 10 millions de voyages annuels sont actuellement effectués en TGV sur l’axe Nantes-Angers-Le Mans, selon SNCF Réseau. Les prévisions de trafic tablent sur des besoins à 13 millions de voyages en 2050.