Nantes : Coup d’envoi des travaux de « décontamination » de la cathédrale

INCENDIE L’intérieur de la cathédrale est abondamment pollué au plomb depuis le feu criminel survenu le 18 juillet 2020. La dépollution va durer six mois

Frédéric Brenon
— 
L'intérieur de la cathédrale est tellement pollué au plomb qu'un équipement spécifique est nécessaire pour y pénétrer.
L'intérieur de la cathédrale est tellement pollué au plomb qu'un équipement spécifique est nécessaire pour y pénétrer. — F.Brenon/20Minutes

Plus d’un an et demi après l’incendie criminel qui l’avait fortement endommagée, la cathédrale Saint-Pierre de Nantes fait l’objet d’un vaste de chantier de dépollution. Les opérations, qui ont commencé la semaine dernière, visent à retirer la couche noire de poussière et de plomb qui s’est déposée sur les parements, les voûtes, les vitraux, les maîtres-autels et le sol. Des  concentrations en plomb​ 1.800 fois supérieures à la norme autorisée ont en effet été relevées l’an passé à l’intérieur. Cette pollution provient principalement de la combustion du grand orgue, détruit par les flammes.

La méthode de « décontamination » repose sur de l’aspiration puissante et du nettoyage à la vapeur d’eau. Elle nécessitera le décrochage de 26 tableaux et une analyse de leur état. Les analyses effectuées à l’extérieur de la cathédrale ont démontré qu’il n’y avait pas besoin d’intervention particulière.

Le chantier, « de grande ampleur et complexe à coordonner » selon la direction régionale des affaires culturelles (Drac), doit durer jusqu’en août. La restauration de l’édifice débutera après ces opérations. La réouverture de la cathédrale au public n’est pas envisagée avant 2024.