Des enragés bien engagés

David Prochasson

— 

Le bourgeois n'a qu'à bien se tenir. Ce soir à Orvault, la compagnie L'Hyperbole à trois poils agite les consciences révolutionnaires. Avec Le Cabaret engagé, elle convie les grands auteurs rebelles et insoumis. Sont au programme : Apollinaire, Ferré, Vian et même les Sex Pistols, dans une version traduite de Anarchy in the UK. A travers une série de chansons jouées par une vingtaine d'instruments dont des percus réunionnaises, une guitare peule ou grecque, la compagnie évoque l'engagement depuis le XVIIe siècle jusqu'à aujourd'hui. « En toile de fond, il est toujours question du problème entre les riches et les pauvres », résume le metteur en scène Nicolas Ducron.

Sur scène, quatre personnages imaginaires, populaires et révolutionnaires. L'un est directeur du cabaret, l'autre, un anar invétéré, le suivant, un va-t-en-guerre teigneux et le dernier, une clocharde enragée. Tous sont masqués. « Mais pas par de gentils masques, corrige Nicolas Ducron. Ce sont des personnages insupportables, capables du meilleur comme du pire. Ils ont particulièrement du mal à mettre en actes leurs idées. » Ce qui ne les empêche pas de chanter des chansons à faire frémir le bourgeois : Le Tombeau des aristocrates écrit à la Révolution française, La Semaine sanglante, issue de la Commune puis la Chanson de Craonne sur la guerre des Tranchées. L'une des plus emblématiques : L'Oppression de Léo Ferré. Dans Le Cabaret engagé, il est aussi question de colonialisme avec des textes de Léopold Sédar Senghor ou d'immigration avec L'Iditenté des Têtes Raides. Un spectacle humaniste avant tout. W

6 eur à 18 eur. Ce soir à 20 h 30 au château de la Gobinière, avenue de la Ferrière à Orvault. 02 51 78 37 47.