Nantes : Porte de Gesvres, pont de Bellevue, porte d’Anjou… Des solutions pour tenter de faire sauter les bouchons du périphérique

ROUTES L'Etat et les collectivités engagent d'importants travaux pour fluidifier le périphérique nantais, en particulier à l'est de la métropole

Frédéric Brenon
— 
Vue aérienne du chantier de la porte de Gesvres, au nord de Nantes.
Vue aérienne du chantier de la porte de Gesvres, au nord de Nantes. — Vinci Autoroutes
  • La porte de Gesvres va passer à 2x2 voies. Le pont de Bellevue, lui, sera élargi.
  • Des voies réservées aux transports collectifs vont être créées près de la porte d'Anjou et de la porte des Sorinières.

Même s’il est légèrement moins fréquenté depuis le début de la crise sanitaire, le périphérique de Nantes reste régulièrement saturé aux heures de pointe. Des aménagements visant à fluidifier le trafic ont déjà été effectués ces dernières années, en particulier sur le périphérique ouest. Mais d’autres projets doivent permettre de lutter contre les bouchons. Le point.

La porte de Gesvres pas encore libérée

C’est le gros chantier du moment. La transformation de la porte de Gesvres, au nord-est de Nantes, à la jonction avec l’autoroute A11, est lancée depuis un an. L’objectif est une mise à 2x2 voies de ce goulot d’étranglement bien connu puisque la chaussée s’y réduisait à une voie dans les deux sens. Les travaux de correction passent par la reconfiguration complète de l’échangeur. Une étape importante est intervenue cette semaine avec la mise en service d’une nouvelle bretelle définitive, sans bienfait significatif sur le trafic pour l’instant. Il faudra attendre encore au moins un an pour que le chantier s’achève. Son coût est estimé à 47 millions d’euros, dont 12 à la charge de la métropole. « Ce projet majeur va faire gagner 30 % de temps de trajet entre la porte de Rennes et la porte de La Chapelle », estime l’État.

Le pont de Bellevue va être élargi

Fréquenté par près de 90.000 véhicules chaque jour, le pont de Bellevue reste l’un des principaux points noirs du périphérique nantais, malgré de copieux travaux réalisés il y a douze ans. Un nouveau projet d’élargissement du pont et de modification des échangeurs est donc sur les rails avec pour but d’ajouter deux à trois voies supplémentaires, principalement dans le sens sud-nord, à l’horizon 2027. La concertation publique est achevée et le choix d’aménagement définitif sera tranché en 2022. Nantes métropole se dit « plutôt favorable » à ce projet critiqué par les écologistes mais demande à l’État de consacrer davantage de place aux voies réservées aux transports collectifs, d’élargir les pistes cyclables et de mieux prendre en compte les enjeux environnementaux.

Vue aérienne du pont de Bellevue et de ses échangeurs, à l'est de Nantes.
Vue aérienne du pont de Bellevue et de ses échangeurs, à l'est de Nantes. - Dreal Pays-de-la-Loire

Du nouveau pour fluidifier la porte d’Anjou

Toujours à l’est de Nantes, un nouvel aménagement est attendu pour fluidifier l’échangeur de la porte d’Anjou. Une voie dédiée au covoiturage et aux transports en commun sera en effet mise en service avant la fin du printemps sur le boulevard de la Prairie de Mauves, plus précisément sur la file de droite dans le sens sortant (Nantes vers la Porte d’Anjou). Seuls les véhicules transportant au moins deux personnes à bord seront autorisés sur cette portion de 2,2 km de long. Les bus, cars et véhicules de secours y auront aussi accès. « Aux heures de pointe, le temps de parcours pourrait être pratiquement divisé par deux à cet endroit, selon les études réalisées », indique Bertrand Affilé, vice-président de Nantes métropole.

Cars et covoitureurs chouchoutés au sud

Dans le même esprit que le boulevard de la Prairie de Mauves, une voie réservée aux transports en commun et covoitureurs sera réalisée en fin d’année à l’entrée sud de Nantes, entre Pont-Saint-Martin, les Sorinières et Vertou. Les travaux ont débuté. Elle sera d’abord créée le long de l’A83, dans le sens sud-nord, sur environ 3,5 km jusqu’au périphérique (porte des Sorinières). Cinq lignes de cars Aléop empruntent actuellement cette section souvent embouteillée le matin. Nantes métropole envisage également de prolonger cette voie sur le boulevard de Vendée, jusqu’au giratoire des Bourdonnières, voire jusqu’à la ligne 4 de busway (Clos Toreau). Le projet sera soumis au vote des élus ce vendredi. A l’horizon 2025, cette voie réservée pourrait être créée plus au sud, au niveau de l’échangeur de Viais.