Nantes : La modernisation du stade de la Beaujoire coûtera plus cher que prévu à la métropole

SPORT La collectivité va finalement également payer pour le renouvellement de la pelouse du stade. Une nécessité avant l'accueil de la Coupe du monde de rugby en 2023

Frédéric Brenon
— 
La pelouse du stade de la Beaujoire n'a pas été changée depuis 2001.
La pelouse du stade de la Beaujoire n'a pas été changée depuis 2001. — R.C.
  • Le remplacement et l’élargissement de la pelouse du stade de La Beaujoire coûteront environ 2,5 millions d’euros d’argent public.
  • Cette dépense s’ajoute aux 13 millions d’euros de travaux de modernisation pour lesquels Nantes métropole s’était déjà engagé depuis fin 2019.

Après avoir validé l’an passé une dépense de 8 millions d’euros pour la modernisation des équipements du stade de la Beaujoire, Nantes métropole va remettre la main à poche en prévision de l’accueil de la  Coupe du monde de rugby 2023. Cette fois, il s’agit d’une rallonge d’environ 2,5 millions d’euros pour le remplacement de la pelouse. Installé il y a 21 ans, le gazon de la Beaujoire a largement dépassé son espérance de vie, au point de devenir  l’un des pires des stades de Ligue 1.

Une nouvelle pelouse hybride (mélange d’herbe synthétique et naturelle) va donc être posée cet été, juste après la saison de football. Elle sera également un peu plus large que la précédente pour répondre aux normes des compétitions internationales de rugby. Mais contrairement à ce que souhaitait le FC Nantes, elle ne sera pas dotée d’un système de chauffage enterré, lequel favorise les conditions de jeu en hiver. « Chauffer une pelouse parce qu’il fait froid, ce n’est plus vraiment adapté aux enjeux environnementaux », justifie-t-on dans l’entourage de la maire de Nantes.

Le FC Nantes s'en sort très bien

Dans cette histoire, le FCN s’en sort bien car la convention d’occupation signée avec la collectivité prévoyait que c’était le club résident qui devait prendre à sa charge le renouvellement du gazon. Des discussions étaient engagées à ce sujet. Mais l’imminence de la Coupe du monde de rugby ne permettait plus à Nantes métropole d’attendre. « Le FCN va, en quelque sorte, profiter de cet événement pour ne pas avoir à dépenser. Tant mieux pour lui », analyse Pascal Bolo (PS), vice-président de Nantes métropole en charge des finances. Ce dernier rappelle toutefois que la nouvelle convention d’occupation signée avec le FCN jusqu’en juillet 2023 s’est « accompagnée d’une hausse de loyer » (environ multiplié par trois) demandé au club résident.

Quoi qu’il en soit, la modernisation du stade de la Beaujoire, utilisé presque exclusivement pour les besoins du FC Nantes, commence à coûter cher aux contribuables. En comptant la pelouse, un total de plus de 15 millions d’euros a donc été engagé depuis fin 2019 pour améliorer l’enceinte avant la Coupe du monde de rugby 2023 puis les  Jeux olympiques 2024. La facture globale porte sur de nouveaux sanitaires, de nouveaux écrans géants, de nouveaux guichets, un nouveau dispositif de contrôles de billets, des consignes, un cabinet médical, un centre anti-dopage, un studio de télévision, une mise aux normes de l'électricité ou encore un renforcement de l'étanchéité de la toiture.