Nantes : A quoi vont servir les « Assises des nouvelles solidarités » ?

DEBAT Initiée par la ville, la démarche de « dialogue citoyen autour des solidarités, de la lutte contre la précarité et l’isolement social » s’ouvre ce mercredi

Julie Urbach
— 
Action de la protection civile pendant la crise sanitaire, à Saint-Herblain près de Nantes (illustration)
Action de la protection civile pendant la crise sanitaire, à Saint-Herblain près de Nantes (illustration) — Sebastien SALOM-GOMIS/SIPA
  • Pendant 120 jours, tout citoyen peut déposer sa contribution écrite ou orale.
  • Objectif : l’émergence d’un « Pacte nantais des nouvelles solidarités » d’ici à 2023.

Après la Loire, la transition énergétique et la longévité, la mairie de  Nantes met un nouveau sujet au débat. A partir de ce mercredi, elle organise les  « Assises des nouvelles solidarités », une démarche de « dialogue citoyen autour des solidarités, de la lutte contre la précarité et l’isolement social ». Ce qu’il faut savoir.

Pourquoi ce sujet ?

Métropole parmi « les moins inégalitaires de France », Nantes a pourtant vu la précarité augmenter chez ses habitants notamment pendant la crise sanitaire. Avec 17 % de la population vivant sous le seul de pauvreté, « des ménages jusqu’ici en fragilité ont complètement basculé, tandis que d’autres ont rencontré des difficultés pour joindre les deux bouts pour la première fois de leur vie », a indiqué Johanna Rolland, la maire socialiste de Nantes. L’élue présente aussi ces assises comme une réponse à la  convention citoyenne, qui avait préconisé de renforcer son attention vers les plus fragiles.

Comment ça va se passer ?

Pendant 120 jours, tous les citoyens, associations ou acteurs concernés de près ou de loin (depuis longtemps ou depuis peu) par ces questions peuvent participer. Jusqu’au mois de juin, ils pourront déposer leurs contributions écrites ou orales (sur un site Internet et un répondeur téléphonique dédiés) autour de trois questions : « Précarité et isolement, quelle est la situation actuelle ? », « Citoyens, associations, entreprises et collectivités… qui peut agir pour les solidarités ? » et « Agir contre la précarité et l’isolement, quelles idées pour demain ? » La question de l’engagement sera étudiée lors d’ateliers, alors qu’un groupe sera chargé de repérer les initiatives intéressantes ailleurs en France ou à l’étranger. Un premier bilan sera fait les 10 et 11 juin 2022. Le rapport final sera remis aux élus à l’automne.

Pour quels résultats ?

L’objectif est de voir émerger un « Pacte nantais des nouvelles solidarités » d’ici à 2023. Et ainsi « identifier les trous dans la raquette à notre souhait de rendre la solidarité plus effective », indique Bassem Asseh, premier adjoint. La ville se dit prête à réajuster ses politiques publiques et lancera un appel à projets « pour renforcer et permettre l’émergence de nouveaux projets solidaires », en s’inspirant pourquoi pas de ceux qui sont nés pendant la crise sanitaire.