Nantes : La collection exceptionnelle d’un mécène vendéen mise aux enchères

PEINTURE Quelque 600 tableaux sont dispersés aux enchères depuis mardi aujourd’hui à l’Hôtel des ventes Couton-Veyrac-Jamault

Hugo Meyniel
— 
Portrait d'Alain Jammes d'Ayzac par le peintre Charles Milcendeau.
Portrait d'Alain Jammes d'Ayzac par le peintre Charles Milcendeau. — Ivoire Nantes

Ce mercredi à Nantes se déroule le dernier jour d’une vente aux enchères exceptionnelle qui a débuté mardi. Cette vente de tableaux se déroule au sein de l’hôtel des ventes Ivoire Nantes, rue Miséricorde. Il s’agit de disperser la collection personnelle de 600 dessins et peintures d’Alain Jammes d’Ayzac. Au sein de cette collection, deux noms d’artistes reviennent régulièrement : ceux de Charles Milcendeau et  Jean Launois.

Alain Jammes d’Ayzac (1883-1951) fut un mécène influent à travers son soutien aux artistes vendéens. Né à Challans, il a par ailleurs été conservateur du Musée de la Roche-sur-Yon.

Une vente à 6.000 euros mardi

Le mécène a rencontré Charles Milcendeau grâce à un ami journaliste, Auguste Barrau. Milcendeau, qui dépeint le Marais vendéen ou des personnages emblématiques de la région trouve ainsi le soutien du collectionneur. Le peintre aura même l’occasion de peindre un portrait d’Alain Jammes d’Ayzac en 1905 : Portrait d’Alain Jammes d’Ayzac dans son salon du Bois du Breuil. Cette toile a été adjugée 4.400 euros mardi aux enchères à  Ivoire Nantes. Une autre œuvre, L’Enfant aux cerises, a également été vendue pour la somme de 6.000 euros ce mardi.

De son côté, Jean Launois est Vendéen de naissance (des Sables d’Olonne) mais a vécu une bonne partie de sa vie en Algérie. Les scènes de vie d’Alger lui ont inspiré la majeure partie de ses œuvres, comme Alger, femme précédant un homme descendant l’escalier dans une maison close, circa 1930 (estimée entre 2.000 et 3.000 euros).