Épuration « exemplaire » à Rezé

Antoine Gazeau

— 

« Plus compacte et plus respectueuse de l'environnement », promis. A l'entrée de Trentemoult, à Rezé, la station d'épuration de la Petite Californie est modernisée de fond en comble. Elle qui traite aujourd'hui l'équivalent des eaux usées de 120 000 habitants portera le chiffre à 180 000. Pour le reste, tout sera revu à la baisse. La nouvelle station dégagera d'abord moins de bruit et moins d'odeurs : « Le bâtiment sera fermé et étanche », promet Gilles Retières, le maire de Rezé. Elle sera aussi moins énergivore : du biogaz récupéré par un cogénérateur permet de produire 2,3 MW, quand la station consommera 7 MW. « On vend l'électricité à EDF, explique Damien Brisseau, à la direction de l'assainissement de Nantes Métropole. On couvre 50 % de nos dépenses énergétiques... »

La Petite Californie, dont le lifting coûte 34 millions d'euros HT, sera enfin globalement moins gaspilleuse. Les boues sorties de station voient leur volume réduit d'un tiers. Elles seront revalorisées sous forme d'engrais sur les terres agricoles. Une partie de l'eau saine pourrait même être utilisée pour nettoyer les bus voisins de la Semitan. Tout est revu à la baisse, donc, sauf les qualificatifs : la station du Sud-Loire sera « exemplaire », selon Christian Couturier, maire des Sorinières. W