l'art de faire du neuf avec du vieux

Frédéric Brenon

— 

« Donner une seconde vie aux objets destinés à l'incinération ou à l'enfouissement. » Tel est le leitmotiv de l'association Ecorev, qui récolte depuis septembre le contenu réutilisable des déchetteries d'Orvault et de Saint-Aignan de Grand-Lieu. Mobilier, jouets, livres, vaisselle, bibelots, textile...tout ce qui n'est pas trop endommagé et n'est pas risqué pour la sécurité ou la santé (casques, matelas...) est acheminé vers l'entrepôt nantais de la structure puis, nettoyé et remis en état. « On trouve vraiment de tout. Des objets encore sous emballage, des meubles presque neufs, parfois même des merveilles comme des oeuvres d'artiste. C'est le témoignage d'une société de surconsommation », raconte Anne Giraud, l'une des sept salariés-valoristes d'Ecorev.

L'association a déjà une centaine de tonnes d'objets en stock. Une partie est transmise aux recycleries déjà existantes (Relais atlantique, Envie, Atao...) mais l'essentiel est revendu en boutique. « Nos prix de vente sont extrêmement bas car ils s'adressent en particulier aux revenus modestes. On observe toutefois que tous les types de public sont intéressés par les bonnes affaires. » A terme, Ecorev souhaiterait pouvoir trier et valoriser les douze déchetteries de l'agglo nantaise. Un sacré potentiel. ■