Nantes : Pourquoi les impôts vont augmenter pour les habitants de la métropole

FISCALITE Une nouvelle taxe, dite Gemapi, va faire son apparition dans l’agglomération nantaise, tandis que la taxe d’enlèvement des ordures ménagères coûtera plus cher

Frédéric Brenon
— 
La taxe des ordures ménagères et la taxe Gemapi vont alourdir les dépenses des ménages de l'agglomération nantaise (illustration).
La taxe des ordures ménagères et la taxe Gemapi vont alourdir les dépenses des ménages de l'agglomération nantaise (illustration). — Pixabay / Jarmoluk
  • Les élus de Nantes métropole (24 communes autour de Nantes) se réunissent en conseil métropolitain cette semaine.
  • L'une des mesures les plus contestées sera une augmentation des impôts locaux liée à la taxe des ordures ménagères et à la nouvelle taxe Gemapi.

Cela ne va évidemment pas plaire à tout le monde. Plusieurs élus de droite sont d’ailleurs déjà montés au créneau pour dénoncer la mesure. Le conseil métropolitain de Nantes métropole, qui se  réunira jeudi et vendredi, va soumettre au vote une hausse des impôts locaux. Pour commencer, la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM), due par  l'ensemble des propriétaires (mais pouvant être repercutée aux locataires), va en effet être relevée de 6 % à partir de 2022. Soit, en moyenne, l'équivalent d'une dizaine d'euros supplémentaires par an par foyer fiscal. 

La TEOM n’avait pas bougé depuis 2015, date à laquelle elle avait… diminué. L’argent prélevé servira, théoriquement, à soutenir les investissements de la collectivité en matière de collecte et de traitement des déchets. Au global, si l'on cumule tous les projets, Nantes métropole compte investir un montant record de 3,2 milliards d'euros dans le mandat. A titre de comparaison, 2 milliards d'euros avaient été investis dans le mandat précédent.

Une nouvelle taxe réclamée

Un nouvel impôt va également faire son apparition à partir de 2023 : la taxe sur la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations, dite Gemapi. Elle sera payée par les propriétaires et locataires (hors occupants d’un logement social). Son introduction engendra une dépense supplémentaire annuelle comprise entre 4 euros et 10 euros par ménage (6 euros en moyenne), évalue Nantes métropole.

L’argent collecté sera obligatoirement affecté à des actions de préservation des milieux aquatiques et de lutte contre les crues. Plus de 20.000 collectivités prélevaient déjà la taxe Gemapi, dont Paris, Marseille ou Grenoble.

Et la taxe foncière alors ?

Quant à la taxe foncière, réclamée aux propriétaires, son taux métropolitan, qui avait fortement augmenté lors du précédent mandat, restera, cette fois, inchangé. Elle n’évoluera pas non plus jusqu’à la fin du mandat actuel (2026), promet Nantes métropole.

Pour rappel, la taxe d’habitation sur les résidences principales, payée par l’ensemble des contribuables, est progressivement supprimée depuis un an, à l’initiative du gouvernement. Elle aura disparu en 2023.