Nantes : Il faudra payer plus souvent et plus cher pour se garer dans la rue

VOITURE A partir de septembre 2022, la zone de stationnement payant va s'étendre et les tarifs vont augmenter

Julie Urbach
— 
Une place de stationnement en voiri
Une place de stationnement en voiri — © Fabrice ELSNER
  • Les élus municipaux doivent bientôt voter l'extension des zones rouge et jaune à Nantes.
  • Stables depuis 2018, les tarifs augmenteront par la même occasion.
  • Ces décisions répondent à l'objectif de la ville et de la métropole, qui souhaitent inciter les habitants à laisser leur voiture au garage.

Proposer « des solutions alternatives à la voiture solo, afin de répondre aux enjeux de transition écologique ». L’objectif de la ville de Nantes et de la métropole est aujourd’hui clair. Pour inciter les habitants à laisser leur auto au garage, d’ici à 2035, une palette de mesures a été dévoilée jeudi, comme le développement de lignes de transports en commun ou la création de P + R. Mais pour ceux qui ne pourront ou ne voudront pas se mettre aux déplacements doux, il faudra mettre la main à la poche. Car les élus municipaux nantais doivent voter, fin décembre, de gros changements au sujet du stationnement sur voirie, qui entreront en vigueur en septembre 2022.

D’abord, les secteurs payants vont considérablement s’agrandir, presque doubler même : la zone rouge englobera près de 8.000 places et sera élargie au Hangar à bananes, à la gare sud, ou encore au quartier Viarme. La zone jaune suivra la même tendance (17.378 places) : elle remontera jusqu’aux grands boulevards au nord, et gagnera aussi le quartier Pirmil, au sud. Une évolution qui « prend en compte la nouvelle centralité de la ville », explique la métropole, qui espère permettre une « meilleure rotation » des véhicules.

La carte des nouvelles zones de stationnement à Nantes
La carte des nouvelles zones de stationnement à Nantes - Ville de Nantes

Les tarifs et les amendes flambent

Stables depuis 2018, les tarifs augmenteront dans la foulée : pour deux heures, il faudra débourser 5,30 € ou 3,10 € selon la zone, contre 4,60 € ou 2,80 € actuellement. « Une étude pour la mise en place d’une tarification solidaire pour les résidents sera lancée », veut rassurer Denis Talledec, adjoint au stationnement, qui explique avoir reçu de nombreuses plaintes au sujet de voitures ventouses dans les quartiers résidentiels. Le tarif préférentiel en vigueur entre 12h et 14h (0,50€) sera maintenu.

Mais attention à ceux qui continueront à « oublier » de mettre des pièces dans l’horodateur. Le forfait post-stationnement va lui aussi flamber (+ 15€), pour atteindre 50 € en zone rouge et 40 € en zone jaune. Pour distribuer plus facilement les amendes, la ville annonce qu’elle lancera une étude pour la mise en place du contrôle automatisé, avec détection automatique des véhicules n’ayant pas payé, grâce à leurs plaques d’immatriculation.